La Chine a entamé les travaux de construction de sa première base militaire à l’étranger. Sans surprise, c’est sur le continent africain qu’elle sera implantée. L’Afrique est aujourd’hui plus que jamais un enjeu majeur pour les grandes puissances et la Chine n’est pas du reste tant ses intérêts sont importants dans la région.

Les travaux de construction ont débuté le 25 février dernier, c’est le ministre chinois de la Défense qui en a fait l’annonce. «Ces œuvres sont des infrastructures de soutien à Djibouti», a indiqué le ministre, ajoutant que ces installations fourniront la logistique nécessaire pour «effectuer des missions navales anti-piraterie au large de la Somalie, à fournir une assistance humanitaire et à faciliter la participation des troupes chinoises aux missions de maintien de la paix de l’ONU en Afrique».

La Chine semble tenir, à travers ces déclarations, au sacro-saint principe de non ingérence politique et militaire.Les responsables chinois refusent de parler d’une base «militaire» ou «navale». Ils privilégient des appellations neutres n’ayant aucune connotation politique ou militaire. Pour tant, les faits sont là. L’intérêt porté par la Chine au continent africain est manifeste. Les investissements consentis sont considérables (plus de 75 milliards de dollars), la plaçant directement derrière les USA  (90 milliards de dollars), faisant d’elle le deuxième investisseur mondial en Afrique.

La présence chinoise sur le continent noir est due, selon les spécialistes, à trois facteurs. Naturellement, les préoccupations énergétiques et commerciales semblent dominer. Au-delà, la Chine et ses partenaires africains semblent avoirs des approches politiques convergentes à tous points de vue. En clair, les relations sino-africaines sont basées sur le pétrole, le commerce et la diplomatie.

Au delà de sa quête continuelle de pétrole afin de rassasier son économie vorace, la Chine perçoit le continent africain comme étant un horizon futur, une opportunité. Une Afrique relativement stable économiquement  est une Afrique qui va consommer et consommer beaucoup. Les produits chinois sont près à envahir le continent qui deviendra alors un marché important pour l’empire du milieu, surtout que la croissance démographique est en perpétuelle hausse.

La chine cherche également à tisser des liens étroits avec les dirigeants africains car nombre d’entre eux reconnaissant le micro-Etat de Taiwan. En effet plus de la moitié des pays qui reconnaissent Taiwan comme un Etat indépendant à part entière sont des pays africains et Pékin compte bien en finir avec cette situation.

L’installation d’une base militaire chinoise à Djibouti entre dans ce cadre. Ses installations serviront à sécuriser les importants intérêts commerciaux de la deuxième puissance économique mondiale dans la région et à positionner la Chine en tant que grande puissance mondiale. Le choix porté sur Djibouti n’est pas fortuit. Cet Etat est un pays charnier sur le plan stratégique au vu de son emplacement géographique, à la croisée de trois continents.

Ce petit pays de moins d’un million d’habitants est en effet très proche du détroit de Bab Al Mandab, une voie par laquelle transite 40 % du trafic maritime mondial, notamment pétrolier.

Massi Mansour