Un vif accrochage a eu lieu, hier au parlement, entre le président de la chambre basse, Mohamed Larbi Ould Khelifa, et des députés FLN, dont Mohamed Djemaï, chef du groupe parlementaire du vieux parti, Nacer Latrache, vice-président du même groupe parlementaire, et Amar Djilali, président FLN de la commission des affaires juridiques. La violence de la scène et l’obscénité des propos donnent un aperçu sur les contradictions qui minent l’ex-parti unique et par extension, le régime.   

L’hémicycle s’est enflammé, hier mercredi, lors des débats consacrés au projet amendant la loi sur la retraite. Des joutes verbales, à coup d’insultes et d’obscénités, ont caractérisé les échanges entre plusieurs députés FLN et le président de l’assemblée.

À l’origine de cette cacophonie, un bras de fer qui s’est engagé auparavant, entre Mohamed Larbi Ould Khelifa et Mohamed Djemaï. En effet, ces deux individus s’affrontent à couteaux tirés tout en se concurrençant sur leur soutien indéfectible au président de la République.  Sachant que Mohamed Djemaï vise depuis fort longtemps un post ministériel, le président de l’assemblée semble déterminé à lui faire barrage ce qui a déclenché des tiraillement et des hostilités à l’intérieur du parti.

Prenant la parole avant-hier, lors d’une séance plénière consacrée à l’examen du projet de loi sur la sécurité routière, Mohamed Djemaï a tenu à réaffirmer son soutien inconditionnel ainsi que celui de son parti à la personne du président de la République et au gouvernement. Estimant que son intervention était hors sujet, le président de l’assemblée lui a coupé la parole allant même jusqu’à déchirer, en public, une question écrite introduite par M. Djemaï.

À titre de représailles, le vice président du groupe parlementaire FLN et président du groupe d’amitié algéro-chinois, Nacer Latrache, est revenu à la charge, hier, en attaquant Oueld Khlifa lors de la séance de vote du projet amendant la loi sur la retraite. Insistant sur le fait qu’«il n’y a pas de surenchère dans le soutien au programme du président de la République». Le député a saisi l’occasion pour vilipender  le président de l’APN après que ce dernier l’ait écarté du groupe de travail devant effectuer une visite en Chine.

Intervenant à son tour, le président de la commission des affaires juridiques, Amar Djilali, a plongé l’hémicycle dans une ambiance théâtrale. Ce dernier s’est frontalement attaqué à Nacer Latrache en usant d’un langage vulgaire en présence des députés de l’opposition et quelques ministres.

Massi M.