Six milliards de centimes ! C’est l’amende requise par le Procureur de la République dans le procès en appel de Toufik Zaibet, le concepteur du fameux RHB Rahmat Rabi, le médicament « miracle » qui était sensé guérir le diabète, devenu complément alimentaire, puis produit
prohibé . Un scandale qui a irrémédiablement terni l’image de l’Algérie !

Le procès de Toufik Zaibet a eu lieu mardi à la Cour de Constantine. Ce dernier est accusé d’« exercice illégal d’activité commerciale » et de « fraude ». Lors de son dernier procès, la cour avait retenu contre lui une amende de cinq milliards de centimes, lors du procès en appel de mardi, le Procureur de la République a requis une amende de six milliards de centimes.  Face aux accusations, Toufik Zaibet a tout nié.

Advertisement

Pourtant, quelques années auparavant, Zaibet s’était présenté comme étant un médecin chercheur diplômé d’une grande université européenne.

Dans un premier temps il avait présenté sa « molécule miracle » comme un remède contre le diabète, faisant renaitre l’espoir chez certains patients convaincus. En prime ce fut le ministre de la Santé de l’époque M. Abdelmalek Boudiaf qui lui avait assuré le marketing le faisant passer pour un génie. 

Le mauvais feuilleton du médecin génie ayant décliné le prix Nobel à cause d’une histoire farfelue d’identité et de religion n’a pas duré. Très vite, la communauté scientifique a dénoncé les agissements de Zaibet le qualifiant de charlatan et de dangereux.

Les mécanismes de contrôle s’étaient mis en branle bien en retard, mais ils avaient découvert la supercherie. Pris de court, Zaibet improvise et transforme son arnaque de médicament miracle à complément alimentaire. La finalité était évidente : les compléments alimentaires ne sont pas soumis à un contrôle.

Après que le conseil de l’odore des médecins ait tiré la sonnette d’alarme à la suite de plusieurs hospitalisations dues à l’arrêt du traitement conventionnel du diabète, les autorités avaient décidé d’interdire le RHB, mais des bruits couraient que la « potion » de Zaibet s’écoulait au marché noir à des prix mirobolants.

Zaibet avait ensuite, quitté le territoire national pour s’établir en Turquie, espérant continuer à duper tout le monde. Ce fut peine perdue.