3 options pour lancer la 3G en Algérie

0
Advertisement

Le ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication (MPTIC) vient de relancer le projet de téléphonie de  3ème génération (3G), gelé depuis 2011, avec 3 options pour sa réalisation, a appris ce mardi 18 septembre l’APS, auprès d’une source proche du dossier.

Le projet de la 3g avait été gelé depuis 2011/ DR

Le MPTIC examine actuellement avec l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) trois options pour lancer sur le marché algérien la licence 3G. « Ils devront en choisir une pour pouvoir enfin lancer ce projet tant attendu’ », confie la même source sous le couvert de l’anonymat.

La première option consiste à accorder la licence au plus offrant des trois opérateurs activant en Algérie, et sera octroyée par une vente aux enchères.  Dans ce cas, une seule licence sera délivrée.

La deuxième piste, également envisagée, est de céder une licence pour chaque opérateur à des prix symboliques, mais avec une taxation sur leurs chiffres d’affaires entre 3% et 4%. Cette option vise à assurer des recettes régulières au Trésor public.

La dernière modalité qui est sur la table consiste à attribuer une licence 3G à chaque opérateur désireux de l’acquérir, mais au prix du marché. Le ministère avait également étudié une 4ème option, mais qu’il a préféré abandonner. Elle consistait à octroyer une seule licence 3 G à un nouvel opérateur pour l’inciter à opérer sur le marché algérien, dont les parts sont déjà partagées entre les 3 opérateurs en activité.

La 3 G se fait désirer

L’appel d’offres pour l’attribution de la première licence 3G a été lancée en septembre 2011. Mais l’opération a été gelée en octobre 2011 à la suite du souhait exprimé par les 3 opérateurs de reporter les échéances pour mieux préparer leurs candidatures.

Depuis, l’opération traîne en longueur en raison du contentieux sur le rachat par l’Algérie, en vertu de son droit de préemption, d’Orascom Telecom  Algérie (OTA), plus connu sous le nom commercial de Djezzy.

OTA, filiale du russe Vimplecom et de l’égyptien Orascom Telecom Holding condamnée par la justice algérienne pour transfert illicite de capitaux entre  2007 et 2009 est en effet interdit de transférer de l’argent.

Du coup, elle ne peut plus effectuer d’achats d’équipements de l’étranger pour se préparer au lancement de la téléphonie mobile haut débit. Les autorités chargées du dossier ont préféré par esprit d’équité de surseoir à cette opération  jusqu’à ce que ce dossier trouve une solution, révèle la même source.

Au mois de mai dernier, M. Moussa Benhamadi, ministre de la poste et  des TIC avait expliqué que le gouvernement temporisait le lancement de cette technologie « par souci d’équité » et qu’il ne voulait pas créer une « différenciation »  entre les 3 opérateurs de téléphonie mobile.

Notons que 3 opérateurs sont présents sur le marché de la téléphonie mobile en Algérie: Mobilis (filiale d’Algérie télécoms), Nedjma (filiale de WTA), et  Djezzy (OTA).  »OTA » est leader sur le marché algérien de la téléphonie mobile avec en 2011 plus de 16 millions d’abonnés pour un chiffre d’affaires (CA) de 135 milliards de dinars, devant l’opérateur historique Mobilis qui compte 11  millions d’abonnés pour un CA de 59 Mds de dinars. WTA (Nedjma) vient en 3ème position avec 9 millions d’abonnés pour un CA de 53 milliards de  DA.

 R. N     

Article précédent16 harragas interceptés au large de Annaba
Article suivantLes scorpions n’arrêtent pas de tuer