L’Événement « Constantine, capitale de la culture arabe » fait polémique. Plusieurs chanteurs kabyles ont déjà exprimé leur refus de participer à cette manifestation.

Si les deux monstres de la chanson kabyle, Idir et Aït-Menguellet, ont été les premiers à lancer les hostilités, d’autres figures se sont jointes à ce boycott. Ainsi, Ali Amran a nié, dans un communiqué rendu public sur sa page Facebook avoir des velléités de participer à cette manifestation culturelle qui se déroulera à partir du 16 avril prochain. « Je n’ai eu aucun contact avec les organisateurs de cette manifestation, et encore moins donné un quelconque accord quant à ma participation », écrit-il, en réponse à des rumeurs le donnant comme faisant partie des chanteurs kabyles qui ont accepté de chanter dans l’antique Cirta. « Personnellement, je préfère de loin le travail aux polémiques stériles ; je m’arrête donc ici en considérant ce sujet définitivement clos », dit-il encore.

 De son coté, Mohamed Allaoua a indiqué, dans un communiqué, qu’il ne participe pas à cet évènement. « Non, je ne participerai pas à cet événement. Je n’ai jamais donné le moindre accord quant à une éventuelle participation à cette manifestation », écrit Mohamed Allaoua. Ce dernier explique son geste par le fait que « Constantine, capitale de la culture arabe 2015″ est une falsification préméditée de l’histoire ancestrale de cette ville, qui à l’origine s’appelait Cirta ».

 Il y a quelques jours, Rabah Asma a annoncé la même attitude en écrivant, dans un communiqué, que « évidemment, il n’est pas questions que je participe » à la manifestation « Constantine, capitale de la culture arabe ».

 Lounis Aït-Menguellet, en convalescence en France, a fait savoir qu’il ne chantera pas à Constantine. Tout comme Idir qui dit ne pas vouloir participer à une activité qui « ne protège pas le culture berbère ».

 Par contre, d’autres chanteurs, dont Djamel Allam, Akli Yahiatène et Boualem Chaker figurent dans le programme des spectacles de la manifestation

 Essaïd Wakli