Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, affirme que l’opération de révision des programmes d’éducation religieuse en collaboration avec le ministère de l’Education nationale se poursuit. La démarche vise, selon lui, à assainir ces programmes des idées étrangères au référent religieux national.  

Intervenant dans le cadre d’une conférence-débat au Conseil de la Nation sur la modération, la radicalisation et le dialogue avec l’autre dans l’islam, M. Aïssa a réitéré «la nécessité de prémunir le pays de l’extrémisme totalement étranger au référent religieux nationale et aux traditions de la région maghrébine connue pour son sens de la tolérance».

Pour ce faire, «une révision des programmes d’éducation religieuse et les contenus des livres parascolaires s’imposent». Les commissions, créées récemment dans ce but, travaillent conjointement avec les services du ministère de l’Education nationale pour réviser les programmes des trois cycles. Après avoir achevé la révisons des programmes du primaire et du moyen, ces commissions s’attellent à assainir ceux du secondaire, a-t-il précisé.

M. Aïssa a insisté sur l’urgence d’extraire des programmes scolaires ainsi que de tous les livres à caractère religieux, les idées qui mènent vers l’extrémisme religieux. Selon lui, prémunir l’école est la première étape vers une société de tolérance réconciliée avec sa diversité. «Imposer le référent national c’est combattre l’obscurantisme et c’est aussi assécher le terreau du terrorisme qui se nourrit de cette pensée extrémiste», a-t-il affirmé.

Massi M. 

Lutte contre l’extrémisme religieux/ Mohamed Aïssa préconise d’assainir les livres scolaires et parascolaires 
Notez cet article