Lu sur Liberté

Moscou, New York, Bruxelles, Berlin, Bucarest, Niamey, Mexico et Antananarivo ont été concernés par ce mouvement partiel. Des nominations de consuls et de consuls généraux seront annoncées incessamment.

Le président Bouteflika vient de procéder à un mouvement “partiel” dans le corps des ambassadeurs. Une liste de 8 chefs de mission diplomatique a été validée le 25 décembre sur proposition du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.

Selon des sources proches du dossier, plusieurs promotions ont ainsi eu lieu dans le rang des diplomates. Ainsi, on apprend que Smaïl Alaoua, directeur général Europe au sein du MAE, vient d’être nommé ambassadeur à Moscou (Russie) à la place de M. Chergui.

Ce dernier avait été installé commissaire chargé de la paix et la sécurité au sein de l’Organisation africaine (OA) à Addis Abeba, en remplacement de Ramtane Lamamra désigné à la tête de la diplomatie algérienne lors du remaniement ministériel opéré le 11 septembre dernier en remplacement de Mourad Medelci, nommé président du Conseil constitutionnel.

Aouam Nouredine, secrétaire général du ministère s’est vu affecté le poste d’ambassadeur à Berlin (Allemagne). Il remplace M. Bouguerra nommé également lors du dernier remaniement ministériel, ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines en remplacement de Abdelkader Messahel, désormais, ministre de la Communication.

Amar Belani, DG de la communication et porte- parole des AE, se voit propulsé chef de mission diplomatique à Bruxelles (Belgique) dans une capitale où il aura non seulement à gérer les relations bilatérales mais aussi avec l’Union européenne et l’Otan.

Ce poste était occupé par Amar Bendjemaâ nommé en août dernier ambassadeur à Paris (France) en remplacement de Missoum Sbih rappelé à Alger par le chef de l’État en juin dernier. Sabri Boukaddoum, qui occupe la fonction de directeur général Amérique au sein des AE, a été nommé ambassadeur, représentant de l’Algérie aux Nations unies à New York.

Hadid Hamid est nommé à Mexico (Mexique) en remplacement de Hamid Abrous décédé en novembre dernier dans l’exercice de ses fonctions. Mme Djelouli a été désignée à Bucarest (Roumanie) en remplacement de Hamraoui Habib-Chawki et Bafdel nommé à Antananarivo (Madagascar) après une vacance qui aura duré plus d’une année. Enfin, le huitième changement concerne l’ambassade d’Algérie à Niamey (Niger), l’ex-chef de mission étant en convalescence depuis plus d’une année.

Ce mouvement, qui s’inscrit dans la logique du retour à la normalité puisque la majorité des postes qui viennent d’être pourvus étaient sans titulaire soit pour cause de nominations internes ou en raison de maladie ou de décès, n’a aucune relation avec la préparation de la prochaine élection présidentielle d’avril 2014.

Au-delà du fait qu’il peut ouvrir la voie à d’autres mouvements dont le tout prochain serait déjà annoncé pour juillet 2014, les mêmes sources affirment que des nominations de consuls et de consuls généraux seront rendues publiques incessamment.

Le nouveau patron de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra, a voulu, à travers ces changements, remettre les choses dans une situation de normalité en accord avec le président de la République qui veille à ce que les nominations obéissent à des considérations de redéploiement et d’adaptation dans un domaine où l’Algérie a encore besoin de prouver face à un environnement régional et international de plus en plus hostile.

Notez cet article