Revue de Presse. «Notre faiblesse a permis à François Hollande de prononcer sa blague de mauvais goût»

0
109

Hier, le président du parti du Front du changement a entamé son meeting à la salle de cinéma El-Feth par un coup de gueule à l’intention du président français concernant sa blague de mauvais goût lorsqu’il a parlé de la visite de Manuel Valls en Algérie : «Il en revient sain et sauf. C’est déjà beaucoup !»

Abdelmadjid Menasra a exigé les excuses du «président blagueur», tout en ajoutant que le tort n’incombait pas seulement à ce dernier mais «à notre gouvernement qui n’a pas réagi face à cette blague honteuse. Si ces mêmes propos avaient été prononcés par le roi du Maroc, ou bien le président de Tunisie ou du Liban… la réaction d’indignation de notre Etat se serait vite fait entendre, mais dès lors qu’il s’agit de la France, c’est le silence. Car on croit encore que la France a son mot à dire dans les élections présidentielles, un appui dont certains ne peuvent pas se passer». Il s’attardera longuement sur le sujet, en se désolant d’en arriver à laisser dire de telles blagues sur notre pays. Normal, dit-il, puisque «le président de la République s’est permis d’aller se soigner en France et d’apparaître à la télé avec au-dessus de sa tête une photo du président français. Notre laisser-faire nous a menés à cette situation navrante».

Lire la suite sur Le Soir d’Algérie