Les Musulmans de France commencent à sentir les premières conséquences des attentats contre Charlie Hebdo.

Selon le président l’Observatoire national contre l’islamophobie en France, Abdallah Zekri, citant des chiffres du ministère de l’Intérieur, 21 actions (tirs, grenades lancées…) et 33 menaces (lettres, insultes, etc.) ont été comptabilisées depuis mercredi. Ce décompte est encore partiel, a précisé le responsable musulman, qui se dit «scandalisé » par ces chiffres, « du jamais vu» en moins d’une semaine. « Je suis scandalisé par cette montée de l’islamophobie alors que nous avons   marché hier (dimanche) dans le calme et la sérénité, tous côte à côte, dans la   diversité des manifestants, et que nous avons clairement condamné le   terrorisme », a indiqué le responsable.

Ces actions se sont produites dans beaucoup de régions de France. Les autorités n’ont toujours pas réagi. Pourtant, des dignitaires musulmans ont dénoncé, unanimement les attentats terroristes qui ont visé le journal satirique français.

Par contre, en Allemagne, la Chancelière, Angela Merkel, a décidé de marcher, mardi, à coté des associations musulmanes de son pays pour dénoncer la montée du sentiment anti-musulman.

Aux Etats-Unis, un commentateur de FOX News s’est même permis l’ânerie d’annoncer que des villes anglaises, comme Bermingham, sont devenues totalement musulmanes. Il a ajouté que dans certains quartiers de Londres, existent des polices « musulmanes ». Des propos rapidement démentis et dénoncés par le premier ministre David Cameron. Mais le message risque de stigmatiser la communauté Musulmane.

Essaïd Wakli