Une plainte a été déposée à Alger, par le MCAF (Mouvement Citoyens des Algériens de France), contre le chef du FLN, Amar Saâdani, et l’ex-ministre de la Culture, Khalida Toumi.

Les plaignants ont adressé une demande à Monsieur Zeghmati Belkacem, procureur général près la cour d’Alger, afin d’ouvrir une information judiciaire « pour mettre au clair cette affaire de transfert illégal de devise présumée relayée par la presse algérienne et internationale. » , indique M.Ait Mokhtar Omar, coordinateur du MCAF, dans un communiqué transmis à notre rédaction.

Pour M.Ait Mokhtar, « des  questions légitimes se posent et les soupçons de tous genres pèsent et jettent un discrédit sur certaines institutions de l’État concernées. Dans sa requête, le coordinateur du MCAF  insère que « l’inefficacité des services de surveillances existants pour empêcher le transfert illégal des devises vers l’étranger est à noter, Nous avons d’ailleurs posé la même question à la justice française au sujet du TRACFIN (Traitement du Renseignement et Action contre les Circuits Financiers clandestins) », écrit-il au procureur général près la cour d’Alger.

M.Ait Mokhtar regrette le fait que c’est des ONG étrangères qui s’occupent des affaires concernant l’Algérie. « Il serait malheureux que des ONG comme transparence  France …se mêlent de nos affaires comme c’est le cas des dirigeants africains ! C’est nous d’agir et c’est à la justice algérienne de prendre ses responsabilité et non à la justice française! d’autant plus qu’il s’agit de personnes qui ont occupé les hautes fonctions de l’État !  » écrit-il.