Les troupes de l’armée algérienne ont libéré jeudi dans l’après-midi, deux familles entières qui vivaient sous le joug des terroristes dans le maquis de la région de Jijel. Les deux familles sont composées de deux (02) femmes et de neuf (09) enfants (05 filles et 04 garçons). Elles vivaient dans des conditions inhumaines. Privées de leurs droits les plus élémentaires, elles ont été retrouvées par les éléments de l’armée lors d’une opération de ratissage accomplie dans la localité de Djimar, près de la localité de Bouhalouane, commune de Bordj T’har, wilaya de Jijel.

Selon un communiqué un ministère de la Défense, « un détachement de l’ANP a mené dans l’après-midi d’hier une opération de ratissage qui s’est soldée par l’accrochage avec le terroriste dénommé « G.Mohamed Saïd » dit Saad, à l’issue duquel, sa femme et son bébé ont été touchées ». La même source nous apprend que la première famille « est composée d’une femme et de ses quatre enfants ». Cette femme « était l’épouse de deux terroristes «B.Djamel» et «M.Abdelkader» abattus précédemment par les éléments de l’ANP, respectivement en 2008 et 2014, et a deux enfants activant parmi les groupes terroristes et les exhortant à revenir au droit chemin et abandonner l’activité terroriste », a-t-on encore appris.

Jijel

En revanche, « la deuxième famille est composée d’une femme et de ses cinq enfants, mariée avec le terroriste «G.Yazid» dénommé El-Mouthana », souligne encore le ministère de la Défense  selon lequel, ces deux familles, une fois approchées par les éléments du détachement de l’ANP, elles ont « saisi l’occasion et se sont rendues, afin de ne plus subir l’exploitation et la violence qui leurs étaient imposées par les terroristes ». Le ministère de la Défense indique enfin que « ces deux familles sont actuellement prises en charges par les services sociaux compétents et se trouvent dans de bonnes conditions ».