L’enquête diligentée par les différents services compétents pour mettre la lumière sur les circonstances du déraillement du train électrique Alger-Thenia, survenu hier à hauteur de la gare de l’Hussein Dey (Alger), n’a pas encore livré ses conclusions. Le trafic ferroviaire reprendra normalement à partir de dimanche prochain.

La commission d’enquête mise en place par le Ministère des Transports pour élucider les circonstances exactes du déraillement du train électrique Alger-Thénia, survenu en début de matinée hier à l’entrée de la gare d’Hussein Dey et causant un mort et près d’une centaine de blessés, a entamé ses travaux ce jeudi 6 novembre. C’est du moins ce qu’a affirmé le directeur régional d’Alger à la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF), Abdelmalek Hamzaoui, joint par téléphone.

« La commission a été installée et est devenue opérationnelle aujourd’hui. Elle regroupe des éléments de la SNTF, de la wilaya d’Alger et du Ministère des Transports. Elle a déjà commencé à faire les prélèvements nécessaires sur les panneaux de signalisation et les équipements du train accidenté », explique-t-il. Y a-t-il une piste privilégiée par les enquêteurs? « Aucune piste n’est privilégiée. Toutes les hypothèses sont à prendre en compte, sauf la piste criminelle, qui est exclue », tranche M. Hamzaoui.

Quant à l’autorail froissé, le responsable à la SNTF assure qu’ « il a été dégagé de la voie ferrée à l’aide d’une grue d’une capacité de 250 tonnes et les voitures ont été transportées sur des portes-chars ».

Totalement paralysé après cet accident, le trafic ferroviaire, selon M. Hamzaoui, a repris quasiment normalement aujourd’hui. La paralysie persiste uniquement sur le tronçon ferroviaire allant de la gare d’Alger à celle d’El Harrach. Cela est dû, explique-t-il, à « une rupture de la carte mère (fils électrifiés de contact) provoquée par la destruction du poteau porteur situé à hauteur du lieu de l’accident, emporté par le train déraillé ». En revanche, « le trafic reprendra à 100% à partir de dimanche prochain », rassure-t-il.

Par ailleurs, l’enquête diligentée par la Gendarmerie nationale (GN) suit toujours son cours. « Nous n’avons pas encore les conclusions de l’enquête. Elle est toujours en cours », a affirmé en milieu de matinée le lieutenant-colonel Kerroud, le chargé de communication de cette institution militaire. Cependant, en milieu d’après-midi, il était injoignable.

Yacine Omar