La Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) se met au tamazight. Sa direction générale, en collaboration avec le Haut commissariat à l’Amazighité (HCA), a organisé, hier, à Alger, un forum, placé sous le slogan «Tamazight, une passerelle de communication», au  profit des responsables des cellules d’accueil et d’orientation de ses agences et structures de wilaya, au nombre de 49.

120 employés ont pris part à ce forum. La CNAS a décidé de former deux agents par wilayas afin que ces derniers puissent, pour leur part, faire bénéficier de leur formation les agents d’accueil et d’orientation. L’objectif est de maîtriser un «lexique spécifique en tamazight».

Pour la CNAS, il est essentiel que la caisse puisse communiquer avec ses adhérents quelle que soit la langue avec laquelle ils s’expriment. Alors que tamazight est devenue langue officielle, à la faveur de l’adoption de la nouvelle constitution, il serait anormal, estime-t-on du côté de la CNAS, qu’un citoyen s’exprimant en tamazight, ne puisse pas être compris par les employés d’une agence CNAS, quelle que soit la wilaya dans laquelle il se trouve.

D’où ce premier forum encadré par des chercheurs et universitaires venus de Tizi Ouzou, Batna, Bejaia et Bouira. «L’objectif est l’amélioration qualitative des conditions d’exercice du travail d’accueil et d’orientation en mettant en exergue des connaissances linguistiques et les expériences d’échanges», a déclaré, à ce propos, le directeur général de la CNAS, Hassan Tidjani Heddam.

Elyas Nour