L’activité du transport a repris jeudi son cours normal dans la wilaya de Tizi-Ouzou, avec la fin de la grève des transporteurs privés par bus des voyageurs, entamée le 24 juin écoulé.

Le dénouement du conflit intervenu, mardi, suite à un accord entre l’administration locale et le collectif des opérateurs, a été salué par ces derniers qui ont accueilli avec « soulagement » la décision du wali de dégager des stations provisoires, face à l’ancienne gare routière et sur le boulevard Stiti, afin de leur permettre de reprendre leur activité et d’assurer leur mission de service public.

Mohand, transporteur de Boghni, rencontré au niveau de l’ex-station des taxis de Draa El Mizan s’est déclaré à cet égard « heureux de voir (leurs) préoccupations enfin prises en charge par les autorités locales », en relevant avec satisfaction que les aménagements réclamés par le collectif au niveau de la nouvelle gare multimodale de Kef Naâdja, « sont en cours de réalisation ».

Un autre transporteur insiste, pour sa part, sur le fait que lui et ses collègues ne sont pas contre le développement du secteur des transports dans la wilaya, ni contre le principe de délocalisation vers Bouhinoune, mais qu’ils conditionnent leur adhésion à l’opération par l’extension des quais de la nouvelle gare et par la suppression de la navette du train vers Alger.

Concernant cette navette ferroviaire, le directeur de wilaya des transports a confirmé l’annulation de cette dernière en signalant que le départ du train à destination d’Alger « aura lieu au niveau de la gare ferroviaire du boulevard Stiti, mais que le train de banlieue (Tizi Ouzou-Oued Aïssi) desservira la station de Bouhinoune qui reste multimodale ».

Les travaux d’aménagement et d’extension engagés au niveau de la gare de Kef Naâdja « seront achevés le 20 août, date à laquelle les transporteurs de voyageurs par bus doivent la rejoindre », a assuré le directeur du secteur, M. Rezig Kamel.

Les voyageurs, durement pénalisés par la grève qui a duré 48 jours, sont eux aussi soulagés de retrouver le transport par bus. Il s’agit, notamment, des citoyens qui travaillent dans la capitale qui ont vu leurs déplacements sérieusement perturbés par la grève en question.

La fin de la grève des transporteurs par bus marque l’épilogue de la crise qui a secoué le secteur du transport de voyageurs dans la wilaya, suite à la délocalisation de l’ensemble des anciennes stations de fortune vers de nouvelles infrastructures situées à la périphérie de la ville, tout comme elle annonce le début d’une nouvelle étape dans la mise en application du nouveau plan de circulation.

Desservi par bus, par fourgons et par taxis, le transport urbain sera renforcé par le train et, à moyen terme, par le câble », a relevé enfin le directeur du transport.

APS