La grippe tue encore. Quatre personnes, au moins, ont été tuées par le virus H1N1, dans les wilayas de Tizi-Ouzou et El-Oued. Les services de santé se veulent rassurants. Mais le fait est là : une grippe, sensée être banale, tue des citoyens. Il est vrai qu’une des victimes, une femme enceinte de 26 ans, fait partie des populations vulnérables face à ce genre de maladies. Elle est originaire de la commune d’Iferhounène, dans la wilaya de Tizi-Ouzou.

Toutes les victimes ont présenté les mêmes symptômes : des problèmes respiratoires aigus ayant conduit à leurs décès. Sauf que, en plus de la grippe annuelle qui tue des dizaines de personnes chaque année, il s’agit cette fois-ci d’une nouvelle mutation du virus H1N1, connu sous le nom de grippe porcine. Les vaccins contre ce virus existent, pourtant. Puisque le ministère de la Santé a déjà acquis, en 2010, de grandes quantités de vaccin après une grande pandémie qui a sévi dans le monde entier il y a de cela plus de 2 ans. La direction de la Santé de Tizi-Ouzou, emboîtant le pas à sa tutelle, a assuré, lors d’une conférence de presse, que « les cas enregistrés ne constituent aucun danger » et que les décès sont des «cas isolés».

E. W.

Notez cet article