Les parties souhaitant que l'Algérie soit gagnée par le printemps arabe ne désespèrent pas. Estimant, malgré eux, que le pays a résisté à cette déferlante, certains, expriment leur «déception que l'Algérie n'ait pas sombré dans le chaos, tandis que d'autres, plus optimistes quant à la possibilité de l'aboutissement de ce «projet», ou plus acharnés pour imposer ce scénario à l'Algérie, font des «recommandations» pour relancer l'idée.

 Parmi ces parties, l'organisation non gouvernementale (ONG) Canvas qui propose, dans un document, de faire basculer l'Algérie dans ce qui est appelé printemps arabe. «Nous avons réussi en Egypte et en Tunisie, nous pourrons le faire en Algérie» , explique cette ONG serbe qui a même produit un enregistrement vidéo expliquant la manière avec laquelle Canvas compte imposer le printemps arabe à l'Algérie.

Il s'agit de sortes d'«instructions» données par cette ONG à des «agents» se trouvant en Algérie, pour la réussite du programme proposé.

Advertisement

Ce sont des comportements à adopter «en cas de confrontation avec l'Etat algérien». Un expert américain assure dans le document que la prochaine «mission» de Canvas sera assurément l'Algérie. Il dit craindre pour la stabilité du pays des projets de l'ONG et de ses complices, surtout américains, indique, quant à lui, un site électronique tunisien (Tunisie numérique).

Ce site, qui affirme que Canvas sévit en coordination avec certains services secrets occidentaux, publie, lui également, une partie du document, en écrivant qu'«un autre expert en intelligence, déclare que «la partie en Algérie sera "assez aisée", du fait de la présence de part et d'autre, de pays gouvernés par des islamistes, qui ne vont certainement pas aider l'Etat algérien, ce qui conduira, irrémédiablement, à la réimplantation des poches "extrémistes" sur son territoire».

Le responsable de «Freedom House» pour le Moyen-Orient  parle dans le même document des «exploits» de la maison Algérie depuis 2007, et qui n'ont pas pu aboutir.

FRAPPER L'ALGÉRIE PAR TOUS LES MOYENS

Canvas, qui se targue sur sa page Wikipédia d'avoir réussi en Egypte et en Tunisie, promet le même «succès» en Algérie. Cette ONG annonce, d'ailleurs, qu'elle pourrait transformer le mouvement social en Algérie en «révolution».

Cette ONG propose également de «former» des «agents» en Algérie pour mener à terme cette mission et, de cette façon, prendre d'assaut cette «citadelle Algérie qui résiste au printemps arabe». L'une des idées proposées pour avoir raison de l'Algérie, est de recourir aux gouvernements islamistes entourant ce pays.

Le document explique que le printemps arabe ne pourrait pas avoir lieu en Algérie, sans la «connivence» des gouvernements islamistes ayant des frontières avec l’Algérie.

Ce même principe s'applique aussi à l'Egypte en tant que pays limitrophe de la Libye, selon le site tunisien Tunisie numérique. Canvas semble, à en croire ce document, déterminée à faire chuter l'Algérie «qui demeure la forteresse inébranlable, que toutes les tentatives de déstabilisation n'ont pas réussi à faire vaciller, et cela à cause de l’expérience algérienne dans sa lutte contre la «terreur islamiste».

C'est pour «corriger le tir» et réussir à imposer le printemps arabe à l'Algérie que les responsables de Canvas se dévouent pour apporter leur expertise au service de ce but, «en fournissant la logistique qu'il faut sous forme de documentation ou de sessions de formation avec fourniture des outils nécessaires comme bonus pour leur assiduité».

Il ne serait, d'ailleurs, pas étonnant que ces sessions se déroulent, comme il a été annoncé un certain moment, sur le sol tunisien, sous l'égide de ces associations, selon le site tunisien Tunisie numérique qui exprime, de cette façon, sa crainte que cette ONG et ceux qui partagent ce «projet» utilisent le sol tunisien dans des tentatives de déstabilisation de l'Algérie.

Lu sur le   Le Temps d’Algérie