Plus de 1 000 clandestins algériens ont été expulsés de France depuis le début de l’année. Un chiffre en chute libre comparé à l’an dernier.

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a beau afficher sa fermeté dans tous les médias français face aux immigrés clandestins, les chiffres du bilan de la police aux frontières (PAF) de France révèlent une toute autre réalité. Depuis le début de l’année, le rythme moyen d’expulsion des étrangers en situation irrégulière a significativement ralenti, passant de 100 personnes par jour en 2012 à 60 par jour pour les huit premiers mois de cette année. Soit 14 800 expulsions de l’Hexagone au total en 2013 contre plus de 37 000 éloignements en 2012 !

Et parmi ces expulsés, 1 015 Algériens, entrés illégalement sur le territoire français, ont été reconduits à la frontière au cours des huit premiers mois de l’année 2013, selon les données de la PAF, publiées le 8 octobre dernier dans le quotidien Le Figaro. C’est beaucoup moins que les Tunisiens, près de 1 900, Marocains, quelque 1 370, et surtout Roumains, plus de 2 700 individus. Ces derniers constituent d’ailleurs le premier contingent d’étrangers expulsés de France depuis janvier 2013. Néanmoins, comparé à l’an dernier, le nombre d’expulsés d’origine maghrébine (algérienne, tunisienne et marocaine) est deux fois moins élevé.

Le bilan de la PAF devrait conforter les barons de l’UMP et du Front national, qui critiquent ardemment le gouvernement de Jean-Marc Ayrault pour sa politique molle face aux immigrés sans-papiers.