La durée du service national sera prochainement revue à la baisse. C’est ce qu’assure le général Major, Ali Akroum, directeur central de l’équipement au Ministère de la défense nationale. D’après ce haut responsable, les jeunes n’auront que 9 mois pour passer leur service militaire. 

Ce n’est plus une rumeur. Mais un projet bel et bien sérieux qui est en cours d’étude, a fait savoir le général Major, Ali Akroum. Ce dernier, en marge d’une journée parlementaire sur «le  rôle de la recherche scientifique dans le développement et la modernisation des armées», organisée jeudi à Alger, a expliqué que «la réduction de la durée du service national s’inscrit dans le cadre de la professionnalisation de l’ANP».

Le même interlocuteur avait même avancé à certains journalistes présents à l’APN que la nouvelle durée du service national devrait être de 9 mois au lieu des dix huit mois applicables actuellement. Le texte en question sera présenté à l’Assemblée populaire national «prochainement», indique-t-on. Il y a quelques années, cette durée était de deux ans avant qu’elle ne soit réduite de six mois. Par ailleurs, de plus en plus de jeunes sont dispensés du service national. Une mesure qui a commencé à être appliquée depuis les années 2000, dans le cadre ce qui fut appelé la «régularisation de la situation vis-à-vis du service national». Même si les autorités militaires n’ont pas, jusque là, communiqué sur le nombre de jeunes concernés par cette «grâce», il n’en demeure pas moins que le nombre des jeunes algériens qui ont bénéficié de cette mesure est assez important.

Il est à signaler, d’autre part, que la «carte militaire» tend à ne plus devenir un «blocage» par ceux qui ne la détiennent pas. A ce titre, il est à rappeler que, depuis quelques années, la police des frontières n’exige plus ce fameux document à la sortie du territoire national. Néanmoins, sa présentation est toujours exigée pour les postes d’emploi dans le secteur étatique et l’administration publique. Ce qui empêche des milliers de nos jeunes de trouver des postes d’emploi.  A quand une véritable armée professionnel qui n’imposera plus aux jeunes algériens un «service national» ?

 

Elyas Nour