Les associations algériennes, activant dans le domaine de la santé, de l’éducation, de la protection de l’enfance et de l’eau ainsi que de l’hygiène, pourront postuler pour un financement conséquent qui pourra  leurs permettre d’étendre et de développer leurs activités.

Il s’agit d’un prix intitulé «Impact», mis en place par la Fondation Stars, qui va récompenser les meilleures ONG en Afrique et Moyen-Orient. Les associations algériennes ont jusqu’à ce mercredi 8 janvier pour postuler en consultant le site Internet de cette Fondation.

Bien évidemment, il faudrait que ces ONG respectent les conditions d’éligibilité pour pouvoir prétendre à ces prix, donc à ce financement. Et parmi ces conditions, il faut tenir de celles relatives à la bonne gouvernance. En d’autres termes, l’association en question doit démontrer que sa gestion financière entre autre est saine. La publication des bilans des années précédentes est plus que nécessaire.

«Chaque année, la Fondation Stars offre huit Prix Impact aux meilleures organisations opérant dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la protection de l’enfance et de l’eau, hygiène», lit-on dans un communiqué de la Fondation. Ainsi, «les quatre premiers lauréats reçoivent des fonds non restreints de 100,000 dollars, un service sur mesure de consultance et une formation média et relations publiques», explique-t-on encore. «En deuxième prix, quatre organisations obtiennent des fonds non restreints de 50,000 dollars et un service de consultance», ajoute-t-on. A noter que la Fondation Stars n’exige pas de projets particuliers.

«La Fondation Stars considère que les ONG locales sont les mieux placées pour répondre aux besoins de leur communauté. Ainsi, les fonds fournis par les Prix Impacts ne sont pas restreints à des projets particuliers. Les ONG locales décident de leurs propres priorités», indique-t-on dans le même communiqué. Une importante source de financement s’offre ainsi pour les ONG qui veulent se renforcer et étendre leurs activités et mener jusqu’au bout leurs projets.

 

Elyas Nour