tStart : l’incubateur créateur de rêve entrepreneurial pour jeunes algériens

0
523

Rêveur et bientôt créateurs, c’est le destin qu’attend désormais 5 groupes d’Algériens innovateurs qui viennent de remporter le concours tStart. Une compétition nationale mise en place par l’Agence nationale de développement de la petite et moyenne entreprise (ANDPME) et Ooredoo, et qui vise à accompagner des jeunes entrepreneurs algériens dans la création de leur entreprise. 

Ils étaient 5 lauréats à remporter un trophée et une place dans l’incubateur de projets tStart mardi 28 janvier lors de la finale du programme tStart de soutien à la création de start-ups technologiques. Cette initiative publique et privée lancée en 2013 par l’ANDPME et Ooredoo Nedjma vient d’achever sa première édition. Le but était de parcourir tout le territoire pour trouver ces graines de talents qui  seront les entrepreneurs de demain dans le secteur des TIC. Au total 519 dossiers ont été déposés, preuve que les Algériens ont un réel désir d’entreprendre. Seulement 20 ont été retenus pour la finale et enfin 5 ont remporté la chance de poursuivre concrètement leur projet de start-up. Leur nom a été révélé hier soir lors de la cérémonie de clôture de cette première édition tStart en présence de Rachid Moussaoui, le Directeur Général de l’ANDPME, Joseph Ged, le PDG de Nedjma Ooredoo ou encore Amara Benyounes, le ministre du Développement industriel et de la promotion de l’investissement qui ont félicité et remis les prix aux heureux gagnants.

Success-story en puissance

Après avoir sillonné les écoles et les universités du pays comme celles d’Alger, Oran, Tlemcen, Guelma, Béjaia et bien d’autres villes, des experts et membres du jury tStart n’ont retenu que 5 projets, et parmi eux : « Aquasafe » proposée par des étudiants de polytechnique, une start-up qui souhaite développer un détecteur de déversements liquides polluants pour repérer les gros pollueurs. « Coursella », l’idée vient de quatre nouveaux diplômes de l’Université de Annaba, et consiste à mettre en place une plateforme sociale pour étudiants et professeurs afin de partager leurs cours et de communiquer. « Ecogame », est le projet d’étudiants de l’Ecole Supérieure d’Informatique (ESI) qui veulent développer des jeux vidéos publicitaires. « Studz » un plateforme éducative pour tous les élèves du primaire, collège et lycée sur laquelle on trouve des cours et des exercices. Enfin « Superetti.com », un supermarché en ligne. Le site commercial est déjà en ligne mais veut s’étendre sur toute l’Algérie.

Intelligence entrepreneuriale

Les gagnants ont été sélectionnés en fonction de la qualité de leur business plan, de sa faisabilité et de sa cohérence avec le marché algérien et enfin la potentialité de croissance du chiffre d’affaires. Les candidats ont dû séduire leur jury en vendant correctement leur projet et en prouvant l’engagement et la qualité de leur équipe. Ainsi ils vont pourvoir développer leur start-up au sein de l’incubateur tStart grâce à un accompagnement fourni par des experts. Ils bénéficieront également d’un fonds financier, une sorte de « smart money », a expliqué le président du jury du programme tStart Yacine Rahmoun. Les jeunes entrepreneurs auront à leur disposition un fonds de 2 millions de dinars qui évoluera selon les réalisations et l’apport de leur start-up. L’incubateur dans lequel ils développeront leur projet disposera également d’un fonds de 5 millions de dinars pouvant évoluer jusqu’à 10 millions de dinars. L’augmentation de ces ressources ne dépendra que de la volonté et des résultats des entrepreneurs.

Une nouvelle édition va démarrer cette année et promet de nouvelles découvertes parmi les étudiants algériens les plus ambitieux. Alors innovez !