La lutte contre le cancer en Algérie est en progrès constant, notamment avec l’ouverture prochaine de trois nouveaux centres de radiologie à Sétif, Batna et Annaba. C’est ce qu’a affirmé le Professeur Kamel Bouzid, président de la Société algérienne d’oncologie médicale, lors de son passage sur les ondes de la radio nationale.

Invité en marge de l’ouverture des travaux des Assises nationales de la santé hier à Alger, le Pr. Bouzid a déploré les retards des rendez-vous en radiothérapie qui exposent de nombreux cancéreux à une interminable attente. D’ici la fin de l’année en cours, le spécialiste a affirmé que plusieurs centres spécialisés dans la radiothérapie ouvriront leurs portes pour permettre une meilleure prise en charge des patients. En particulier, trois nouveaux centres anti-cancer sont sur le point d'ouvrir dans les wilayas de Sétif, Batna et Annaba. « Ces centres permettront de délivrer des rendez-vous étalés sur 15 jours à un mois et non plus sur de très longues périodes comme cela se déroule actuellement », a précisé le spécialiste. Le Pr. Bouzid a également souligné que ces trois centres se rajouteront aux six déjà existants, ce qui permettra de prendre enfin en charge les 28.000 malades atteints de cancer nécessitant des séances de radiothérapie.

Advertisement

S’exprimant sur le cancer le plus répandu en Algérie, le Pr. Bouzid évoque le cancer du sein, qui touche annuellement quelque 10 000 personnes, âgées en moyenne de 45 ans. Par ailleurs, le spécialiste en oncologie a prédit une augmentation importante de la prévalence du cancer en Algérie. Il a affirmé que, même si le  nombre de cancéreux en Algérie (120/100 000 habitants) demeure inférieur à celui enregistré aux États-Unis (450/100 000 habitants en moyenne), il n’en demeure pas moins que « ce nombre, qui est actuellement de 45 000 malades dépistés dans le pays, va certainement augmenter dans les dix prochaines années pour se situer, probablement, à 100.000 nouveaux cas par an ».

Le Pr. Bouzid a par ailleurs estimé que la prise en charge des enfants atteints du cancer donne des résultats satisfaisants puisque « deux enfants sur trois sont guéris ».

La formation des radiothérapeutes représente, selon le Pr. Bouzid, une dimension importante de la prise en charge des cancéreux. Dans ce sens, le spécialiste a souligné qu’ils sont une cinquantaine de radiothérapeutes en cours de formation entre l’Algérie et l’étranger, sur une centaine que compte le pays.

Le spécialiste n’a enfin pas manqué de mettre l’accent sur l’importance de la sensibilisation de la société au dépistage et au diagnostic précoce.

Nourhane S.