Quinze personnes, suspectées d’avoir participé au rapt et à l’assassinat du ressortissant français Hervé Gourdel, font l’objet d’une poursuite judiciaire par la justice algérienne. C’est ce qu’a annoncé, ce jeudi, l’agence d’information française AFP, qui cite une source judiciaire.

Trois chefs d’inculpation ont été retenus pour les quinze suspects, à savoir « création d’un groupe armé terroriste », « prise d’otage », et « assassinat avec préméditation ». Les quinze suspects sont tous de nationalité algérienne, précise l’AFP.

Parmi ce groupe de suspects visé par ces poursuites judiciaires, figure le chef du groupe de sanguinaires « Jund Al Khalifa », Abdelmakek Gouri, alias Khaled Abou Souleimane, âgé de 37 ans et qui a revendiqué l’enlèvement est l’assassinat de l’otage français Hervé Gourdel. Son bras droit, Abdellah Abou Meriem figure également parmi les principaux suspects.

L’agence française AFP  affirme que les treize autres membres de ce groupe de sanguinaires ont rejoint les maquis terroristes en Algérie durant les années 1990.

Dans le même temps, l’agence d’information Reuters a indiqué que deux des cinq accompagnateurs du touriste français Hervé Gourdel ont été mis en résidence surveillée.

Le ministère de la justice Tayeb Louh, a affirmé, mardi, que certains membres du groupe des ravisseurs ont été identifiés. Une enquête judiciaire est ouverte. Elle est confiée à un juge spécialisé dans les affaires de terrorisme à Alger.

 Arezki IBERSIENE