La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, multiplie les initiatives afin de gérer au mieux un secteur qui évolue dans une permanente crise avec des grèves cycliques qui sont, parfois, dénoncées par les associations des parents d’élèves.

La première responsable du secteur a indiqué, aujourd’hui, qu’une nouvelle rencontre avec les syndicats membres de la Coordination des syndicats de l’éducation (CSE), aura lieu le 7 mars prochain. L’objectif est d’ «examiner» les problèmes en suspend, notamment le statut particulier de l’enseignant. «Une rencontre est prévue le 7 mars avec les syndicats membres de la coordination pour discuter des problèmes demeurés en suspens», a-t-elle déclaré, et d’ajouter : «Les portes du dialogue sont toujours ouvertes avec le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’Education, le CNAPESTE». Notons que ce syndicat est actuellement en grève.

Par ailleurs, la ministre a tenu à relativiser les taux de suivi des grèves, fournis par les syndicats et répercutés par les médias. Il faut rappeler, en dernier lieu, que les dernières discussions entre les syndicats et la tutelle ont échoué, en raison du refus des syndicalistes de signer le PV de réunion. En effet, parmi les points auxquels tenait le ministère, la signature par les syndicalistes d’une «charte d’éthique» qui les empêcherait d’enclencher un mouvement de grève, alors que celui-ci est un droit reconnu par la constitution.

 Elyas Nour

Notez cet article