Un réseau social 100 % algérien, oui ça existe ! Des jeunes développeurs et programmgeurs originaires de Chlef ont lancé Nousharek, le premier réseau social dédié au monde universitaire en Algérie. 

Ce réseau social ressemble beaucoup à Facebook et comprend plusieurs de ses fonctionnalités. Mais il se distingue par son contenu local qui permet aux étudiants et enseignants algériens de trouver des bibliothèques virtuelles qui rassemblent pas moins de 8000 ouvrages, nous explique à ce propos le manager du groupe qui travaille sur ce projet, Belhadj Benziane Halim. Des conférences écrites sont également répertoriées dans des pages thématiques afin de créer un lien et des échanges entre les membres de la communauté universitaire algérienne. Nousharek disposera bientôt, tout comme Facebook, d’une messagerie instantanée qui permet à ses membres de communiquer entre eux.

nousharek-1

« Nous créons des pages dédiées à chaque filière universitaire et nous informons en temps réel nos membres sur le monde universitaire et estudiantin de notre pays », assure Halim selon lequel ce réseau social sera d’une grande utilité pour les Algériens puisqu’il vise à démocratiser le savoir sur le web. « Facebook n’apporte rien de précieux à notre pays, il est temps que nous créons nos propres réseaux sociaux qui élèvent le niveau de notre conscience civile », croit savoir le chef de projet de ce réseau social qui demeure encore en plein développement. Pour l’heure, en dépit d’un black-out médiatique et de l’indifférence des autorités, pas moins de 10 mille internautes algériens se sont inscrits à Nousharek et la lutte contre la domination outrancière de Facebook ne fait que commencer.