blank

La Fédération nationale des associations de parents d’élèves (Fnape) ne supporte plus les conditions d’accueil des élèves algériens dans les écoles. Elle a expliqué au quotidien en ligne TSA, qu’elle compte mettre en place « une plate‑forme de revendications au ministère de l’Éducation nationale. »

Le président de la Fnape, Ahmed Khaled dénonce les déséquilibres du système scolaire algérien. Il souligne les problèmes de surcharge de classes mais aussi celui des services des cantines scolaires, qu’il juge encore insuffisants.

« La couverture en cantines scolaires n’a pas atteint 70 % dans le primaire et plus de 50 % des établissements du moyen et du secondaire ne sont pas dotés de réfectoires, ce qui pénalise les élèves qui ne peuvent donc pas tous avoir droit à un plat équilibré pour le déjeuner en raison de l’éloignement de leur domicile », explique Ahmed Khaled.

La prise en charge des enfants dont les deux parents travaillent est quasi inexistante selon la Fnape. « Nous avons interpellé, à maintes reprises le ministère de l’Éducation nationale pour la généralisation de la demi‑pension, au moins dans le primaire. Nous avons l’impression que les responsables du secteur croient que les mères des élèves sont toutes à la maison à midi, sinon comment expliquer que le sort des élèves dont les deux parents travaillent n’est pas pris en considération ? »

Article précédentMali : l’Algérie veut éviter la réédition de l’exemple de la crise libyenne
Article suivantMedelci : « Quoi de plus normal pour une population musulmane à 98 % que d’introduire le droit musulman dans la législation nationale ? »