Les délégués permanents à la Ligue arabe ont décidé, lundi à l’issue de leur réunion extraordinaire, de créer un fonds consacré à la reconstruction de la bande de Ghaza et de mettre en place une commission d’enquête sur les crimes israéliens commis dans la bande.

Les délégués permanents ont décidé de créer un fonds qui sera géré par la Ligue arabe, pour financer la reconstruction de Ghaza, a déclaré à l’APS

M. Abdelkader Hadjar, délégué permanent et ambassadeur d’Algérie au Caire précisant qu’un organisme sera créé pour assurer la gestion des fonds collectés pour la reconstruction de la bande de Ghaza. Cet organisme, a-t-il ajouté, travaillera en collaboration avec les autres fonds qui seront créés dans ce sens.

Selon M. Hadjar, la réunion du Caire a notamment porté sur la réconciliation interarabe et la nécessité de poursuivre les efforts entrepris dans ce sens.

Les mêmes responsables ont par ailleurs appelé à mettre fin aux querelles médiatiques sur les plans arabe et palestinien et à réunir toutes les conditions favorables avant la tenue du prochain sommet arabe en mars prochain à Doha.

Le représentant algérien a en outre exprimé son souhait de voir les Palestiniens former un gouvernement d’union nationale, dans les plus brefs délais, et prendre part à ce sommet réunis au sein d’une seule délégation.

S’agissant des crimes de guerre commis par l’armée israélienne, les délégués permanents ont prévu la création d’une commission arabe pour enquêter, en collaboration avec des personnalités internationales, sur les exactions et violations des droits humanitaire et international à Ghaza, l’utilisation disproportionnée de la force et des armes prohibées, tel le phosphore blanc.

Sur demande algérienne, a souligné M. Hadjar, les délégués ont appelé l’Assemblée générale des Nations Unies à recourir à l’article 22 de la charte de l’ONU pour la création d’un tribunal pénal qui se chargera de juger les responsables israéliens pour crimes de guerre.

Dans ce registre, ils ont examiné la possibilité de juger ces criminels de guerre dans des pays dont les législations permettent de le faire.

Par ailleurs, les délégués permanents à la Ligue arabe ont dénoncé la présence de flottes occidentales au large des cotes de Ghaza sous prétexte de contrebande d’armes » et réaffirmé leur soutien au refus par l’Egypte de toute présence militaire étrangère ou d’observateurs internationaux sur ses territoires.

La procédure de jugement pour crimes de guerre doit se faire loin de tout cadre officiel, a mis en garde le Directeur de l’Observatoire palestinien des droits de l’homme, M. Radji el-Sourani, puisque, a-t-il dit, le travail des organisations des droits de l’Homme ne devrait subir aucune pression officielle.

Source: APS

Article précédentUn ex PDG d’Algérie Télécom placé sous mandat de dépôt
Article suivantLe Progrès de Lyon sanctionne une journaliste, à la demande du CRIF