L’éditorial de la revue El Djeich, le porte-voix officiel de l’armée algérienne, a apporté un démenti cinglant aux déclarations faites par le général à la retraite, et proche du général Toufik, le patron du DRS, Hocine Benhadid, ancien commandant de la mythique 8e Division blindée de l’ANP. 

Dans cet éditorial, l’Etat-Major de l’armée algérienne a affirmé que « l’ANP a toujours été et demeurera une armée républicaine profondément attachée à l’unité de ses rangs, à sa cohésion et à son homogénéité ». L’ANP réagit donc clairement aux propos de cet ancien général qui avait fait des révélations fracassantes il y a cela quelques jours en informant l’opinion publique algérienne que rien ne va plus entre l’Etat-Major de l’armée et le DRS, les secrets de renseignements. Le général Hocine Benhadid avait même fait savoir qu’une véritable guerre froide oppose le chef d’Etat-Major, Ahmed Gaïd Salah, au patron du DRS, le général Toufik.

Face à ces révélations, l’establishment militaire algérien a observé le silence. Mais l’édition de février de la revue El Djeich n’hésite pas à aborder les violentes attaques de l’ancien commandant de la 8e division blindée. Dans ce sens, dans cet édito très engagé, l’armée algérienne assure qu’elle ne cédera pas « au chantage ou provocation ». L’ANP relève qu’elle poursuit sa mission « loin des pressions extérieures et autres interférences étrangères ». L’Armée algérienne défend également ardement son « unité enracinée et héritée de son aînée, l’ALN qui a pu, grâce à son unité et à ses sacrifices, reconquérir la liberté et la dignité du peuple algérien ».

L’armée algérienne s’engage enfin à accomplir son travail « avec un haut degré de professionnalisme dans le respect de la Constitution et des lois organisant et régissant leur domaine de compétence ».

Article précédent« Le mariage en fête » : des traditions et des cultures s’unissent à Alger
Article suivantUn peuple sans intérêts !