Lu sur El Watan

En raison d’une menace d’attaque terroriste imminente, l’Algérie a évacué en urgence tous les membres de sa mission diplomatique en Libye dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le personnel de l’ambassade et du consulat général d’Algérie en Libye, ainsi que les chefs de la mission diplomatique et leurs familles ont été évacués en toute urgence, pour être embarqués durant la nuit de jeudi à vendredi à bord d’un avion militaire, qui les a ramenés à l’aéroport de Boufarik.

Cette décision aussi grave qu’importante a été prise par les plus hautes autorités sécuritaires et civiles du pays en raison des menaces d’attaque terroriste imminente contre les représentations diplomatiques algériennes en Libye. Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères cité hier par l’APS, «suite à des informations certaines de l’existence d’une menace réelle et imminente ciblant nos diplomates et agents consulaires, il a été décidé, en coordination avec les autorités libyennes, de procéder à titre préventif et urgent, à la fermeture de notre ambassade et de notre consulat général à Tripoli».

Le même communiqué tient à faire savoir néanmoins que l’Algérie reste solidaire de la Libye dans les efforts entrepris pour «l’édification d’un Etat de droit et pour l’instauration de la paix et de la sécurité sur l’ensemble du territoire libyen». Selon nos sources, les menaces ont été prises au sérieux dans la mesure où des informations avérées ont fait état d’une attaque terroriste préparée par les milices des tribus de Zenten, qui devait être commise entre hier et aujourd’hui. Ce qui a poussé les autorités algériennes à agir rapidement et à évacuer tous les diplomates ainsi que leurs familles durant la nuit de jeudi, par un vol militaire.

Cette évacuation a été faite en concertation avec le gouvernement libyen, aucun délai pour leur retour n’a été fixé. L’accord porte sur la fermeture provisoire de l’ambassade et du consulat en attendant que la situation sécuritaire soit contrôlée par les autorités libyennes, ajoutent nos sources.

Lire la suite sur El Watan

Article précédentNigeria : Plus de 200 lycéennes toujours retenues en otage par le groupe terroriste Boko haram
Article suivantRevue de presse. Pourquoi la lutte antiterroriste en Algérie a fait proliférer le sanglier