Depuis décembre 2014, à Salah Bouchaour, un douar situé à quelques encablures de la daïra d’El Harrouch, à 25 Km de Skikda, à l’est du pays, 400 paysans se mobilisent pour empêcher les bulldozers de l’Etat algérien qui veulent raser leurs orangers répartis sur pas moins de 80 hectares. Des orangers qui dérangent les pouvoirs publics, lesquels veulent les arracher pour libérer le tracé d’une nouvelle route qui devra lier le port de Skikda à l’autoroute est-ouest. 

Mais les paysans ont dit non ! Non à ce gâchis qui va priver 400 familles de leurs terres, de leurs orangers et ainsi de leur gagne-pain. Les paysans de Salah Bouchaour crient au scandale et ont réussi à stopper la marche des bulldozers dépêchés sur leurs terres par le Wali de Skikda. Mais ce dernier ne lâche pas prise et a donné un ultimatum à tous ces paysans : « d’ici mars, nous sommes priés d’abandonner nos terres et d’accepter leurs indemnisations misérables », nous confient plusieurs agriculteurs de cette région. Dépités, mais révoltés aussi, ces paysans refusent de céder à la menace de la wilaya et promettent de lutter jusqu’au bout pour préserver leurs terres et leurs arbres.

« Au moment où notre pays importe en devises des fruits et légumes ramenés de l’Espagne et d’ailleurs, l’Etat décide de nous prendre nos terres qui fournissent le marché national des orangers de très bonne qualité. Nous n’avons rien contre cette nouvelle route, mais pourquoi ne pas dessiner un autre tracé ? Pourquoi sacrifier nos exploitations agricoles qui nourrissent 400 familles ? », s’indignent les agriculteurs de la région qui jurent de ne jamais déguerpir face aux unités de la Gendarmerie nationale et aux bulldozers de la wilaya.

Nos interlocuteurs se disent prêts à défendre leurs fermes. « L’Etat nous propose des indemnisations dérisoires. Et puis qu’aucun dédommagement ne va nous permettre de vivre dignement sans nos terres et nos arbres. En plus, c’est une grave agression perpétrée à l’encontre de notre agriculture qui devrait être soutenue et non pas combattue ! », s’indignent un fellah de la région dont la famille ne va pas hésiter à se dresser contre les engins qui vont tenter en mars prochain d’arracher leurs orangers. Soulignons enfin que nous avons tenté de joindre les services de la wilaya de Skikda pour avoir leurs réactions et leurs explications concernant cette délicate affaire. Nos sollicitations n’ont, malheureusement, pas abouti.

A Skikda, 400 familles de paysans résistent à l’Etat pour protéger 80 hectares d’orangers
Notez cet article