Aucun retard ne sera toléré lors des épreuves du BEM et BAC de cette année. La ministre de l’Education Nationale, Nouria Benghabrit, a affirmé aujourd’hui que les retardataires de ces deux examens seront exclus.

Tout en appelant les enseignants à sensibiliser les élèves à ce sujet, la première responsable du secteur a demandé aux candidats de « repérer » les lieux de leurs examens plusieurs jours avant la date de leurs tenues.

L’année passée, près de 10 000 candidats, sur un total de 761.701, soit un taux de 2%, avaient ratés les examens du Bac. Une forte polémique s’en est suivie. Si Benghabrit avait refusé dans un premier temps de prévoir une deuxième session pour ces retardataires, le Présidence de la République en avait décidé autrement.

104 036 candidats, dont 10 082 scolarisés seulement, le reste étant des candidats libres, l’ont refait. Bien évidemment, difficile, y compris pour la tutelle, de déterminer dans ce lot la part des retardataires de ceux qui ne se sont même pas présentés aux centres d’examens.

Par exemple, certains employés, dans l’objectif de bénéficier de quelques jours de repos « payés » durant l’été, s’inscrivent en début de l’année en tant que candidats libres. En tous cas, c’était la première fois dans l’histoire de l’Algérie que le Bac a été refait pour ceux qui ne se sont pas présentés aux examens à temps.

De tout temps, il y avait des retardataires. Et ceux-là étaient exclus automatiquement. Cette année, Benghabrit veut prendre les devants, en avertissant les candidats, pour qu’il n’y ait pas encore une fois une deuxième session.

A noter, par ailleurs, que les élèves inscrits en terminal et qui ont refait durant leur cursus scolaire une année, n’auront pas le droit de refaire leur bac, en cas d’échec, en tant que scolarisés. Au fur et à mesure que l’été approche, la pression s’accentue sur Benghabrit.

Elyas Nour

BAC et BEM/ Les retardataires « seront exclus », avertit Benghabrit
Notez cet article