55 morts en Tunisie dans une attaque terroriste d’une ampleur exceptionnelle/DAECH a failli prendre toute une région et se rapproche de l’Algérie

0
Advertisement

Des attaques terroristes sans précédent en Tunisie ont fait 55 morts et une dizaine de blessés.  Le lieu du drame s’appelle Ben Guerdane, une localité située à 25 kilomètres des frontières Est avec la Libye, le pays qui devient un véritable bastion pour les milices de Daech. 

Ces attaques prouvent une nouvelle fois que la Libye est devenue un foyer dangereux, un hub terroriste menaçant la stabilité de toute la région. Et les mots qui sont sortis de la bouche du président tunisien, Beji Caid el Sebsi, témoignent de l’ampleur de la terreur provoquée en Tunisie.  « Une attaque coordonnée », a expliqué le Chef d’Etat tunisien selon lequel cette attaque « avait peut-être pour but de contrôler la région et proclamer un État islamique ».

L’armée tunisienne a renforcé les patrouilles dans les rues. Un couvre-feu a été instauré et tous les postes-frontières avec la Libye ont été fermés. Ce a permis d’éliminer six autres terroristes dans la nuit de mardi à mercredi, au cours de plusieurs opérations sécuritaires menées à Ben Guerdane (sud-est), au lendemain de ces attaques terroristes.

L’assaut du commando terroriste a commencé à l’aube ce lundi 07 mars. Des tirs à l’arme lourde ont retenti au centre de Ben Guerdane, une ville de 60 000 habitants. Les cibles de cette attaque : une caserne de l’armée et des postes de police et de la gendarmerie. Des cibles stratégiques à détruire pour avoir le contrôle total de la région.

Cette attaque sont les plus dangereuses depuis le début de 2016 car les terroristes se sont introduits à 25 KM des frontières sans être inquiétés. Des responsables du gouvernement tunisien évoquent même l’existence de cellules dormantes.

La menace « DAECH » est devenue un danger qui se précise de jour en jour. Il est vrai que l’armée tunisienne n’est pas une armée réputée pour sa puissance et l’absence totale d’institution étatique stable en Libye facilite l’implantation puis l’expansion des métastases de DAECH qui avancent avec une cadence accélérée. L’Algérie ne peut rester indifférente face à cette situation et se retrouve plus que jamais contrainte de secourir la Tunisie voisine pour empêcher que le cancer terroriste ne gangrène tout le Maghreb.

Avec Massinissa M. 

Article précédentIls ménent une vie de prince/D’anciens ministres sommés de quitter leurs logements à Club des Pins
Article suivantElles s’élevaient à près de 32 millions d’euros/L’Algérie a réglé ses dettes envers les hôpitaux français