La FIDH établit un bilan d’au moins 640 morts dont 275 à Tripoli et 230 à Benghazi, soit plus du double du bilan officiel de 300 morts, depuis le début du soulèvement. Ce bilan s’appuie sur des « sources militaires » pour Tripoli et sur des recoupements effectués par la Ligue libyenne des droits de l’Homme pour Benghazi et plusieurs autres localités. Il ne tient pas compte d’éventuelles victimes dans la ville de Tobrouk, à l’extrême est du pays, pour laquelle la FIDH ne dispose pas d’informations précises. Un médecin français tout juste rentré de Benghazi estime sur Lepoint.fr que les affrontements y ont fait « plus de 2000 morts ».

L’Express