Homme politique et haut-fonctionnaire français, Maurice Papon (1910-2007) est condamné en 1998 pour complicité de crimes contre l’humanité sur des actes commis entre 1942 et 1944. Sous l’occupation allemande, il occupait le poste de secrétaire général de la préfecture de Gironde. Jean-Luc Einaudi, grand historien et militant politique français revient sur cette figure terrifiante du colonialisme dans le cadre du webdocumentaire « La Nuit oubliée ».

Maurice Papon vivait en Algérie depuis 1956 et occupait la fonction importante d’inspecteur général pour l’administration de Constantine et les régions de l’est du pays. « Il mène une guerre là-bas avec les centres de regroupement et le recours systématique à la torture », explique Jean-Luc Einaudi.

« Maurice Papon était habitué à la dissimulation de la réalité, des pratiques mises en oeuvre ».

En 1958, une révolte de policier influencés par des courants de pensée d’extrêmes droites explose et veut prendre d’assaut l’Assemblée Nationale. Papon revient d’Algérie au même moment pour reprendre en main la préfecture de Police. Selon l’historien, le nouveau préfet de Paris va mettre en oeuvre un certain nombre de pratiques déjà utilisées lors de la colonisation en Algérie. Notamment lors de cette terrible nuit du 17 octobre 1961. Dans ce nouvel épisode, Jean Luc Einaudi évoque « la répression collective ».

Notez cet article