L’assassinat tragique de Brahim et Haroun, les deux enfants de Constantine, n’a toujours pas livré tous ses secrets. Preuve en est, les services de sécurité viennent de procéder à l’arrestation d’un troisième suspect, a-t-on appris lundi. C’est dire que dans cette affaire du kidnapping, de la séquestration et de l’assassinat des deux enfants Brahim et Haroun âgés de 9 et 10 ans, toutes les pièces du puzzle n’ont pas encore été retrouvées.

Le correspondant locale à Constantine de notre partenaire le quotidien « Le Provincial »  souligne, pour sa part, que ce troisième suspect était activement recherché par les services de la police judiciaire. D’après des informations recoupées, ce troisième suspect serait coupable de « non dénonciation du rapt qui s’est terminé dans des circonstances tragiques » en causant la mort cruelle des deux enfants.  Le suspect en question a vu ainsi l’un des deux criminels coupables tenir par la main les deux victimes pour les emmener vers le domicile de son acolyte le jour de leur enlèvement. Le suspect a assisté à cette scène intrigante sans informer les services de sécurité qui cherchaient partout les deux enfants.

Le plus étonnant est que ce suspect avait d’ores et déjà été questionné par les policiers lors des premières opérations de recherches. Et à cette époque-là, il avait répondu qu’il n’avait pas vu les deux enfants depuis leur disparition à l’unité de voisinage 17, située à la nouvelle ville Ali-Mendjeli de Constantine. Les policiers n’ont jamais été convaincus par le témoignage de ce suspect qui s’occupait du gardiennage du parking. Mais ils ont pris en compte sa version des faits qui a  influé sur le cours de leurs investigations. Pourquoi a-t-il omis sciemment de signaler ce qu’il avait vu ? C’est la question à laquelle les enquêteurs tentent, désormais, de répondre pour comprendre les dessous de ce fait divers dramatique qui a ému et bouleversé toute l’Algérie.

Notez cet article