Vahid Halilodzic, l'entraîneur de l'équipe nationale algérienne / DR

Bougherra : «On sait ce qui nous attend au Bénin.» Agouazi : «J’ai une grande pensée pour mon papa.» Didier APLOGAN (le MJSL béninois) : «Les Algériens seront bien accueillis au Bénin, il n’y aura aucun problème.»

Comme indiqué hier, l’entraîneur Vahid Halilhodzic compte profiter de cette rencontre amicale face au Burkina Faso pour mettre à niveau certains joueurs qui n’ont pas trop joué avec leurs clubs, leur donnant la chance de gagner en temps de jeu, en perspective des matches importants, face au Bénin et le Rwanda. Dans une réunion avec eux, avant-hier, Halilhodzic l’a expliqué à ses protégés : «Vous aurez tous votre chance. Vous savez bien que ça va être un match important pour bien préparer nos prochains rendez-vous. Certains n’ont pas trop joué avec leur club ces derniers jours, donc, ils auront plus de temps de jeu, afin que je puisse être fixé sur l’état de forme de chacun de vous. Tout le monde sait qu’on va jouer avec une très bonne équipe. S’ils sont arrivés en finale de la CAN, c’est qu’ils sont forts. Donc, c’est l’occasion de se mesurer à une grande équipe et gagner ce match pour préparer les prochaines échéances avec plus de confiance et faire surtout plaisir au public.»

«Ça va être un sérieux test pour vous»

Après avoir mis ses poulains dans le bain du match, Vahid Halilhodzic est passé à la présentation de cette équipe burkinabaise, vice-championne d’Afrique de la dernière CAN. Il a surtout insisté sur la nécessité de sortir un bon match contre un adversaire redoutable : «Le Burkina est une équipe de bon niveau. Elle pratique un jeu un peu similaire à celui du Mali, donc, cette rencontre va nous permettre de bien préparer le dernier match chez nous contre un adversaire qui ressemble beaucoup au Burkina Faso. Attention, c’est une bonne équipe !»

«Deux gros matches nous attendent face au Bénin et le Rwanda»

 Vahid Halilhodzic veille toujours à évacuer la pression sur ses joueurs, sans pour autant hésiter à prodiguer des consignes quand l’occasion se présente, en rappelant à ses capés l’importance des deux rendez-vous qui attendent les Verts contre le Bénin et le Rwanda, décisifs pour la suite du parcours de l’EN dans ces éliminatoires en CM 2014 : «Deux périlleux déplacements nous attendent en Afrique. On doit éviter de perdre et essayer de gagner au moins un match. C’est vrai que c’est très difficile de jouer en Afrique en pareille période. Cela est plus difficile pour ceux qui vont effectuer ce déplacement pour la première fois de leur carrière, mais vos camarades qui ont déjà l’expérience vont vous aider à dépasser ces difficultés. Il faut leur demander des conseils (il s’adressait notamment au nouveaux).»

L’historique des rencontres
Petit avantage pour l’Algérie en matchs officiels

L’Algérie et le Burkina Faso qui vont s’affronter ce soir à Blida, comptent déjà plusieurs confrontations. En amical les deux nations sont à égalité parfaite puisque, sur 9 matchs joués, les Verts l’ont remporté 3 fois sur les étalons contre 3 rencontres perdues et autant de résultats nuls. En matchs officiels, l’Algérie s’est imposé à 4 reprises pour 2 nuls et 2 défaites.

L’Algérie reste sur deux échecs face aux Etalons

La dernière empoignade livrée entre les deux équipes remonte à plus de 6 ans et demi. Cela s’est passé en 2006 en France à Aix en Provence. Les poulains du coach Jean Michel Cavalli se sont inclinés deux buts à un. L’unique réalisation algérienne a été l’œuvre de Rafik Saïfi. L’Algérie et le Burkina-Faso avaient aussi joué un match amical le mois de février de la même année à Rouen. Ce match s’est soldé sur un résultat nul, zéro à zéro.

Le premier match amical est revenu aux Burkinabés

Par ailleurs, la première rencontre amicale disputée entre l’Algérie et le Burkina Faso s’est jouée le 20 janvier 2000. Cette empoignade comptant pour la préparation des Verts pour la Coupe d’Afrique des nations 2000 organisée conjointement par le Nigeria et le Ghana s’est déroulée à Ouagadougou. Elle est revenue aux Burkinabés sur le score d’un but à zéro.

Le plus grand score aux Algériens

L’Algérie possède le plus gros score réalisé dans l’histoire des confrontations entre les deux sélections. Cela remonte à l’année 1981. La génération dorée du football algérien avait infligée un cinglant 7 buts à 0 aux gars de la Haute-Volta.

Dates et résultats des rencontres amicales
20 janvier 2000 (Ouagadougou) Burkina-Faso 1 – Algérie 0
26 mai 2000 (Alger) Algérie 2 – Burkina Faso 0
16 octobre 2001 (Annaba) Algérie 2 Burkina – Faso 0
29 mais 2003 (France) Algérie 1 Burkina Faso 0
26 septembre 2003 (Alger) Algérie 0 Burkina Faso 0
17 aout 2004 (Alger) Algérie 2- Burkina Faso 2
09 février 2005 (Alger) Algérie 3 Burkina Faso 0
28 février 2006 (France) Algérie 0 Burkina Faso 0
15 novembre 2006 (France) Algérie 1 Burkina Faso 2
Dates des rencontres officielles
12 février 1967 (Ouagadougou) Burkina Faso 1 – Algérie 2 (Eliminatoires CAN)
9 avril 1967 (Alger) Algérie 3-Burkina Faso 1 (Eliminatoires CAN)
30 aout 1981 (Alger) Algérie 7-Burkina Faso 0 (Eliminatoires CAN)
20 septembre 1981 (Ouagadougou) Burkina Faso 1 – Algérie 1 (éliminatoires CAN)
24 janvier 1996 (Port Elisabeth) Algérie 2-Burkina Faso 1 4 (CAN)
11 février 1998 (Ouagadougou) Burkina Faso 2-Algérie 1 (CAN)
3 septembre 2000 (Alger) Algérie 1-Burkina Faso 1 (éliminatoires CAN)
17 juin 2001 (Ouagadougou) Burkina Faso 1-Algérie 0 (éliminatoires CAN)

Bougherra : «On sait ce qui nous attend au Bénin»
Vous allez affronter le Burkina-Faso, comment préparez-vous cette rencontre ?

Ça va, on se prépare dans de bonnes conditions, une bonne ambiance. Le stage vient de commencer (ndlr : jeudi), nous sommes tous décidés à travailler d’arrache- pied pour être au top lors des prochains rendez-vous qui nous attendent. Le test contre le Burkina-Faso sera un match très bénéfique pour nous. Ça va nous permettre d’être bien en jambes et surtout de corriger nos lacunes.

Justement, un match important vous attend face au Bénin, vous y pensez ?

Bien sûr ! Ce sera un match difficile face à une équipe réputée intraitable à domicile. La preuve, elle n’a pas perdu beaucoup de matchs chez elle. Le Bénin enregistrera le retour de Stéphane Sessegnon, absent lors du match aller. Nous allons en tenir compte.

Vous savez sans doute que le match aura lieu dans des conditions très difficiles…

On sait que les conditions de jeu seront difficiles, comme le climat. Nous allons tout prendre en considération pour réaliser le meilleur résultat possible.

Ne craignez-vous pas de perdre votre place de titulaire comme ce fut le cas lors du match aller ?

La situation est complètement différente cette fois. Justement pour le match aller, j’avais effectué mon retour en compétition. Là, je suis en très bonne forme. Je fais partie du groupe des 23 joueurs et je pense que la décision de jouer revient au sélectionneur national. C’est lui le responsable du volet technique.

On sait que vous êtes le capitaine d’équipe. Est-ce que vous donnez des conseils aux nouveaux ?

Pour moi, je suis capitaine d’équipe sur le plan moral. Même si je ne porte pas le brassard, je donne des conseils aux nouveaux joueurs. Par exemple Agouazi, il a bien intégré le groupe. Il connaît Rafik Djebbour et c’est un ami à Yazid Mansouri.

Pressenti pour débuter face au Burkina Faso
Agouazi : «J’ai une grande pensée pour mon papa»

Dans un entretien accordé au site internet officiel du Stade Malherbe des Caen, le milieu de terrain de l’EN, Laurent Agouazi, affirme qu’il n’a jamais vécu une telle ambiance et un tel engouement pour l’Equipe nationale de sa vie. Laurent, qui s’apprête à disputer son premier match sous le maillot vert de l’Algérie, a déclaré qu’il aura une pensée pour son père : «Jouer pour l’Algérie, c’est un rêve qui se réalise… Depuis que je suis tout petit, c’est quelque chose qui me trotte dans la tête… Ma famille est très fière, très heureuse. Moi, j’ai une grande pensée pour mon papa. Même si je ne l’ai pas dit ouvertement lorsque j’ai signé l’été dernier à Caen, c’était aussi pour avoir une chance, en étant performant, pour rejoindre la sélection. Je suis flatté de l’intérêt du staff à mon égard. Maintenant, ce sera à moi de faire mes preuves si on m’offre la chance de disputer quelques minutes.»

«De ma vie, je n’ai jamais vécu de pareils moments»

Impressionné par tout ce qui entoure l’Equipe nationale, Laurent Agouazi n’a pas caché cela : «Quand on est arrivés à l’aéroport, quand on se déplace pour des opérations de communication, quand on va aux entraînements, c’est impressionnant ! Il y a du monde partout, tout le temps… C’est un truc de dingue. Moi, je n’ai jamais vu ça de ma vie… L’engouement autour de notre sélection, c’est extraordinaire. Dans le stade où la sélection joue ses matches à domicile, il y a 50 000 personnes, c’est un chaudron. Lorsque tu t’aperçois de ça, du soutien qui existe autour de l’équipe, tu te sens investi.»

«La Coupe du monde ? Je n’ose même pas y penser»

«On est bien partis pour la qualif’. Si on prend 4 points sur nos deux prochains matches, on jouera une finale contre le Mali en septembre. Jouer la Coupe du monde ? Bien sûr qu’il faut l’avoir en tête, se déchirer pour ça. Mais, franchement, je n’ose même pas y penser. Ce serait trop beau. Au Brésil, dans le pays du foot en plus… Aujourd’hui, c’est encore loin. Mais si j’avais cette chance, ce sera un deuxième rêve qui se réalisera.»

Didier APLOGAN (le MJSL béninois) : «Les Algériens seront bien accueillis au Bénin, il n’y aura aucun problème»

Le ministre de la Jeunesse et Sport Béninois a mis les choses au clair à propos du problème de visa soulevé par la délégation de l’EN, obligée de se rendre à Rabat pour avoir l’autorisation de rentrer au Bénin. «Vous envisagez un problème qui n’existe même pas. Pourquoi vous voulez en fabriquer un. C’est vrai que j’ai eu un appel de la part d’un directeur de votre ministère du Sport et il m’a signifié qu’il y avait des difficultés au niveau du consultat au Maroc concernant les visas d’entrée au Bénin pour la délégation algérienne. Je lui ai répondu qu’il devait établir une liste contenant les personnes concernées par ces visas. On m’a alors répondu que c’était envoyé à Rabat. C’est à partir de là que le ministère des Affaires Etrangères de notre pays a donné des instructions aux services consulaires sis à Rabat pour faciliter la procédure de visas d’entrée aux Algériens désirant rallier le Bénin. L’Algérie et le Bénin sont des pays frères. Les Algériens seront bien accueillis au Bénin» a-t-il déclaré à la Radio internationale algérienne, hier.

Lu sur Le Buteur

Notez cet article