51,6% des importations algériennes, durant le premier semestre de l’année en cours, ont été payées «cash». C’est ce qu’a indiqué, aujourd’hui, le Centre national de l’informatique et des statistiques (Cnis) des Douanes Algériennes.

Le total des ces financements a atteint donc les 14,63 milliards de dollars, soit une hausse de l’ordre de 19 % par rapport à la même période de l’année dernière. En d’autres termes, l’Algérie paye argent comptant plus de la moitié de ses importations. Selon le Cnis, les lignes de crédits ont financé, quant à elles, 45,7% des importations, soit un équivalent de 12,96 milliards de dollars. Le peu qu’il reste est financé par des comptes devises propres, indiquent les Douanes.

Par ailleurs, cet organisme indique que les importations algériennes en produits alimentaires ont fortement progressé durant cette même période (premier semestre de l’année 2013) atteignant la somme de 5,05 milliards de dollars, alors qu’elles étaient de l’ordre de 4,4 durant la même période de l’année 2012. Les produits alimentaires représentent 17,8% du total des importations. Donnant plus de détails, les Douanes signalent que c’est principalement les légumes secs et le sucre qui ont boosté ces importations. Les légumes secs ont connus une hausse de 64,4% alors que le sucre est de 42%. En somme, les importations des légumes secs et du sucre ont atteint le chiffre de 843 millions de dollars (242,97 pour les légumes secs et 602,62 pour le sucre).

L’importation des véhicules a également connu une hausse, durant ce premier semestre de l’année en cours atteignant 4,3 milliards de dollars soit une hausse de 17,38% par rapport à 2012. Seuls quelques produits ont connu une baisse, comme c’est le cas de l’importation du café, du lait et des viandes congelés. Globalement, l’Algérie consomme plus et paye ses importations «cash».

Elyas Nour