Ce dimanche 23 mars, l’Algérie a lancé officiellement la campagne électorale pour la présidentielle du 17 avril. 6 candidats au total ont entamé cette course à la magistrature suprême. Ils ont donné durant cette journée un ou plusieurs meetings aux quatre coins de l’Algérie. Les petites phrases, les déclarations enflammées ont déjà commencé à marquer les esprits des Algériens durant la pré-campagne électorale. Désormais le débat politique va revêtir un nouvel enjeu : convaincre l’électorat en trois semaines. Jusqu’où vont aller les 6 candidats ?

Ainsi ce dimanche 23 mars, que doit-on retenir ce cette première journée ? Quelles sont les déclarations qui ont marqué le débat électoral ? Algérie-Focus fait le point, sur la phrase de candidat à retenir aujourd’hui.

Ali Benflis, en meeting à Mascara :

 « Fini la gestion de l’État par les blagues et les insultes »

Louisa Hanoune, en meeting à Annaba : 

« Je ne suis pas une fille du système comme les autres candidats »

Moussa Touati en meeting à El Bayedh  :

Aux jeunes Algériens : « Vous représentez l’avenir de l’Algérie et vous avez cette obligation de provoquer un changement pacifique »

Abdelmalek Sellal, en meeting à Adrar :

Abdelaziz Bouteflika veut une « véritable démocratie participative »

Ali Fewzi Rebaine en meeting à Biskra : 

« Il est temps d’ouvrir une nouvelle page » dans la marche du pays « en impliquant la jeunesse algérienne ».

Abdelaziz Belaid en meeting à Djelfa : 

« Le service national, « dont la durée sera réduite à une année », « sera considéré comme un service effectif qui sera comptabilisé dans la carrière professionnelle »