Revue de presse. Ces détenus qui se rêvent en candidats vraiment libres

0
123

Prison d’El Harrach. Salle d’examen n°16. Il est près de 14h. Une quarantaine de détenus s’apprêtent à passer l’épreuve de sciences naturelles. Ils revêtent tous une blouse blanche qui dissimule leur uniforme jaune moutarde habituel.

Les examens se déroulent sous l’égide de l’Office national de l’enseignement et de la formation à distance (ONEFD). Les candidats sont encadrés par des surveillants d’un autre genre, un personnel pédagogique externe, dépêché spécialement pour diriger l’opération.
N’étaient pas les surveillants en uniforme gris postés à l’entrée de la salle, on en viendrait presque à oublier qu’on est dans un établissement pénitentiaire. Chaque détenu a sa petite table. Les candidats ont différents âges. Parmi eux trois femmes en foulard. Quelques-uns ont des poils grisonnants ornant des crânes dégarnis.

Ainsi, les candidats-détenus ont troqué leur uniforme «moutarde» contre une blouse blanche qui les restitue à la vie civile le temps d’une épreuve scolaire. Néanmoins, les blouses ne cachent que le haut. Sous les tables, ils arborent tous le pantalon jaune safran de leur «tenue pénale» qu’ils traînent comme un boulet en tissu.

Lire la suite sur El Watan