«Pourquoi le gouvernement algérien autorise-t-il la vente de boissons alcoolisées ? », c’est la question que c’est posée un groupe de salafistes, lors d’un rassemblement, vendredi dernier, dans le quartier de Belcourt à Alger. Des salafistes du « Front de la Sahwa » ont manifesté leur colère et leur mécontentement vis-à-vis de la décision du ministre du Commerce Amara Benyounès d’attribuer des licences pour l’ouverture de débits de boissons alcoolisées.

Les salafistes qui ont déploré la décision du ministre du Commerce de rouvrir des débits de boissons alcoolisées fermés depuis quelques années se sont insurgés contre une décision qui « va à l’encontre des principes de la République algérienne musulmane et conservatrice ». S’appuyant sur des hadiths du prophète, les salafistes du mouvement Sahwa, courant dirigé par Abdelfattah Hamadache Zeraoui, ont avoué ne pas comprendre une telle décision, approuvée par le gouvernement d’un pays qui se prône musulman.

Advertisement

A ce propos, leur meneur Abdelfattah Hamadache Zeraoui a accusé les autorités algériennes de vouloir nuire gravement aux algériens en autorisant la réouverture des débits de boissons alcoolisées.

 «L’alcool est la mère de tous les vices. Il est responsable de plusieurs maux qui gangrènent la société algérienne, tel que le divorce, la délinquance, la montée de la criminalité, la violence et bien d’autres maux », a déclaré le Cheick qui a appelé à l’ouverture des mosquées, des hôpitaux, des écoles, des maisons de retraite ou des centres d’accueil pour les orphelins et non pas des débits de boissons.

«Pourquoi l’Etat ne pense-t-il pas à mieux placer l’argent des algériens dans le bien au lieu d’aller autoriser la vente licite des boissons alcoolisées et de pourrir la société algérienne », s’est interrogé le Cheikh Hamadache lors du rassemblement qui n’a pas drainé beaucoup de monde en dépit de sa tenue juste après la prière du vendredi.

«Le problème des algériens n’est pas un problème d’alcool », a déclaré le Cheick Hamadache. Pour ce dernier, les jeunes algériens ont des problèmes plus graves. « Pourquoi ne pas s’attaquer à ces problèmes et les résoudre au lieu d’en créer d’autres en autorisant la vente licite d’alcool ? », s’est interrogé le Cheick qui s’est inspiré de plusieurs versets coraniques et hadiths pour dire que l’Algérie est un pays musulman et que la vente de l’alcool devrait être définitivement interdite que cela soit de façon licite ou illicite.

« L’Algérie est un pays musulman. Fermez tous les débits de boissons alcoolisées pour sauver le peuple algérien et se conformer au principe de l’Islam, la religion qui interdit formellement la consommation et la vente de l’alcool », c’est l’appel qu’a lancé le meneur du mouvement salafiste libre Sahwa. Le rassemblement des membres du courant Sahwa marque certainement le début d’une nouvelle campagne contre la vente licite des boissons alcoolisées.

Voir la vidéo du rassemblement réalisée par Al Huffington Post Algérie :

https://www.youtube.com/watch?v=rj8IjWWT8DQ