Deux Algériens, qui ont fait partie du groupe de randonneurs qui a accompagné le touriste français Hervé Gourdel à Tikjda, en Kabylie, ont été placés en résidence surveillée, a indiqué mercredi l’agence de presse britannique Reuters.

Dans le groupe des cinq accompagnateurs algériens d’Hervé Gourdel, le guide en haute montagne français, enlevé le 21 septembre dernier à Tikjda, à cheval entre la wilaya de Tizi Ouzou et de Bouira, et dont la vidéo de la décapitation par le groupe terroriste Jund Al Khilafa a été diffusée le 24, deux randonneurs ont été placés en résidence surveillée, selon l’agence de presse Reuters, qui s’appuie sur deux sources sécuritaires. Un juge enquête actuellement sur leur éventuelle implication dans l’enlèvement puis l’exécution de l’otage français, a précisé mercredi Reuters.

Ces deux Algériens, dont l’identité n’a pas été révélée, ont été placés sous contrôle judiciaire, « une forme de résidence surveillée », souligne Reuters. Cela signifie, pour ces deux ressortissants algériens, qu’ils doivent se signaler régulièrement auprès des autorités policières et judiciaires locales le temps de l’investigation, révèlent deux sources sécuritaires citées par Reuters.

Dès la signalisation du rapt d’Hervé Gourdel, ses cinq compagnons algériens ont, pour rappel, été placés en garde à vue, avant d’être remis en liberté cinq jours plus tard. Les enquêteurs de la Brigade de recherches et investigations de Bouira tentaient de comprendre les détails du kidnapping d’Hervé Gourdel sur les hauteurs de Tikjda et s’interrogeaient sur une éventuelle complicité des randonneurs algériens dans ce rapt. Témoins de l’enlèvement, les cinq accompagnateurs algériens ont eux aussi été retenus par les ravisseurs, membres de Jund Al Khilafa, jusqu’à l’aube, a affirmé Oussama, l’un d’entre eux.

La mise en résidence surveillée de deux des compagnons algériens d’Hervé Gourdel intervient alors que le ministre de la Justice, Tayeb Louh, a déclaré mardi dernier que « certains des membres du groupe terroriste auteurs » du rapt et de l’assassinat du Français avaient été identifiés par les enquêteurs algériens. Le parquet a requis des mandats d’arrêt à l’encontre de ces ravisseurs identifiés. La justice a également ordonné une commission rogatoire afin d’identifier les autres personnes coupables de cet odieux crime.

Le corps de Gourdel encore introuvable

À Tikjda, les recherches se poursuivent pour démanteler le groupe terroriste Jund al-Khilafa, qui a prêté une deuxième fois allégeance à l’Etat islamique en Irak et au Levant dans un message vidéo posté mardi sur Youtube, et retrouver le corps d’Hervé Gourdel. Sur place, 3.000 militaires ratissent cette région montagneuse et escarpée depuis une semaine. Mais leurs efforts n’ont encore rien donné étant donné, notamment, la topographie du site. « La recherche du corps d’Hervé Gourdel va sûrement prendre un certain temps en raison de la géographie de la zone où il a été enlevé », a ainsi déclaré une source sécuritaire, citée par Reuters.