La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a rappelé, mercredi sur les ondes de la radio nationale, sa disponibilité au dialogue avec les enseignants grévistes. Mais elle a également promis qu’un texte réglementaire relatif aux primes et heures supplémentaires qu’elle va soumettre au gouvernement.

Mme Nouria Benghebrit s’est dit prête à « rendre des comptes » tout  en affirmant que le dialogue avait fait ressortir des « défaillances dans le statut particulier qu’il convient de réviser » dans un délai maximum de cinq  années avec la possibilité de résoudre quelques problèmes au cours de cette  période.

Elle a souligné que le recours répété à l’option de grève en tant que  moyen de règlement des problèmes était « inacceptable », estimant que la plupart des problèmes posés par la coordination syndicale sont en rapport avec « la gestion  locale ».

Nouria Benghebrit, qui ouvre toujours les portes de dialogue, a menacé les enseignants de faire recours à des ponctions sur salaire s’ils poursuivent leurs grèves. « Il va y avoir des ponctions sur salaire.  C’est une situation qui met les pouvoirs publics dans l’obligation d’assumer leurs responsabilités. Cette revendication de principe, lié à la révision du statut, a été acceptée », a-t-elle dit au journal El Watan.

Après la grève de mardi et mercredi, le Cnapest (conseil national des professeurs de l’enseignement secondaire et technique) organise une autre grève, le 16 du mois en cours. Mais la rencontre des représentants de ce syndicat avec la ministre peut changer la donne.

Essaïd Wakli