Abdelaziz Bouteflika, le Président de la République, se méfie depuis longtemps des compétences et cerveaux algériens installés à l’étranger. « ‘Ces gens-là sont incontrôlables », aurait-il même confié en 1999. 

C’est Saïd Sadi, l’opposant et ancien premier responsable du RCD, qui révèle cette information controversée. Said Sadi a affirmé, samedi à Paris, qu’il avait rencontré Abdelaziz Bouteflika en 1999 et lui avait proposé « de faire appel aux compétences à l’étranger pour reconstruire l’Algérie ». « Il m’avait répondu : ‘Ces gens-là sont incontrôlables' », assure Saïd Sadi.

 Une attitude étrange qui ne correspond guère aux valeurs originelles de l’Etat algérien, surtout lorsqu’on sait que « c’est a partir de cette communauté émigrée que les valeurs de liberté et de combat ont été diffusées un peu auprès des classes algériennes opprimées », rappelle Saïd Sadi.

Nourhane S. 

 

Notez cet article