Le directeur général adjoint de l’Entreprise nationale de promotion immobilière, Mohamed Laid Cherifi, a annoncé ce matin sur les ondes de la radio algérienne Chaîne 1 qu’une enquête sera ouverte pour connaître les dessous de l’affaire de vente des logements LPP via Internet.

Le directeur général adjoint de l’Entreprise nationale de promotion immobilière, Mohamed Laid Cherifi, intervenant sur la radio chaîne 1, est revenu sur le scandale, révélé par Algérie Focus, de la vente des logements LPP sur certains sites spécialisés dans l’immobilier. Il a assuré, à ce propos, qu’une «enquête a été immédiatement ouverte par les responsables de l’ENPI pour faire toute la lumière sur les logements LPP proposés à la vente par les sites Internet spécialisés dans l’immobilier». Qualifiant d’inconcevable une telle opération, ce responsable de l’ENPI a estimé inadmissible «que des logements LPP soient proposés à la vente alors que les affectations des souscripteurs n’ont pas été encore établies».

Sur un autre chapitre, le directeur général adjoint de l’Entreprise nationale de promotion immobilière, Mohamed Laid Cherifi s’est voulu rassurant vis-à-vis des souscripteurs en assurant que plusieurs chantiers seront livrés prochainement, dont celui de Bousmail dont les travaux s’achèveront durant le premier trimestre de 2016.

Pour ce qui est du bon déroulement de l’opération du choix des sites LPP, six jours après son lancement, l’intervenant a affirmé que sur les 26018 souscripteurs ayant versé la deuxième tranche, 15 000 ont visité le site et 10700 ont choisi leurs sites. Par ailleurs, il a souligné qu’en plus des 5000 souscripteurs dont les dossiers sont rejetés, la formule a connu, également, des désistements. Selon M. Cherifi plus de 600 souscripteurs ayant versé la deuxième tranche se sont retirés du programme.

À propos de la réactualisation des dossiers, M. Cherifi a démenti les rumeurs selon lesquelles les souscripteurs sont contraints de renouveler leur dossier. «Les souscripteurs ne sont pas appelés à présenter, une nouvelles fois, les documents, mais juste à actualiser leurs informations », a-t-il déclaré.

Nourhane S.