Le PDG de la Sonelgaz, Mustapha Guitouni, a affirmé, dimanche, lors d’une réunion avec les cadres de sa société à Alger, que son groupe ne prévoit pas d’augmenter les tarifs de l’électricité et du gaz pour combler son déficit.  

Selon son premier responsable, la Sonelgaz peut aisément se relever et combler sont déficit sans avoir recours à la poche du citoyen. «Aucune augmentation n’est programmée pour l’année en cours», a affirmé le responsable qui n’a  pas pour autant écarté l’éventualité d’une augmentation dans les années à venir.

Pour l’instant, la Sonelgaz a fixé un objectif bien précis pour se renflouer : celui de recouvrir les impayés faramineux des entreprises et autres administrations publiques. En effet, la Sonelgaz a enregistré un manque à gagner s’élevant à 60 milliards de dinars, dont dix milliards pour la seule capitale. Le recouvrement de ces impayés peut, selon M. Guitouni, extraire la société de sa crise actuelle.

A cet effet, les directeurs des agences commerciales du groupe ont été instruits pour procéder au recouvrement. Le ministère de l’Intérieur et le corps des walis ont également été sollicités pour exercer leurs prérogatives sur les collectivités pour que celles-ci s’acquittent de leurs dettes.

Malgré ces déclarations rassurantes, les Algériens ont été choqués de voir leur dernières factures d’électricité augmenter considérablement. Certains d’eux ont dénoncé des factures forfaitaires se chiffrant entre 30 et 40 milles dinars. Au service des réclamations, on vous demande de payer avant que les vérifications ne soient faites pour, enfin, vous affirmer que tout est normal.

Massi M.