Malgré les signaux négatifs et les interpellations des experts et de l’opposition, Ahmed Ouyahia ne veut rien voir. Il continue de clamer que «le pays a dépassé sa crise financière». C’est cette rengaine qu’il a une nouvelle fois répétée ce vendredi lors d’une série de meetings animés dans certaines wilayas de l’ouest du pays.

Après avoir rappelé que l’Algérie a «perdu la moitié de ses revenus pétroliers» depuis 2014 –une manière de rappeler que lui et le système qu’il représente n’y sont pour rien- Ahmed Ouyahia a rappelé, en référence à la planche à billets, que «la clairvoyance» d’Abdelaziz Bouteflika a «permis de dépasser» la crise.

Pour appuyer ses dires, le secrétaire général du RND a indiqué que des projets ont été «dégelés». Il en citera, à ce titre, la réalisation de 300 000 logements et «la création de 15 000 postes d’emplois» en 2018. Des promesses d’ailleurs contenues dans la présentation du plan d’action de son gouvernement, présenté en septembre dernier, devant députés et sénateurs

Dans un entretien accordé à la chaîne Dzaïr news, le Premier ministre a indiqué également que le recours à la planche à billet permet au gouvernement de verser les salaires des fonctionnaires pour les mois de novembre et décembre. Il a également annoncé que les entreprises de réalisations percevront leur argent «au plus tard dans une semaine».

Au royaume d’Ouyahia, tout va donc pour le mieux. L’inflation, le chômage qui prend de l’ampleur et l’érosion des réserves de changes ? Ce sont  juste des élucubrations d’«experts», selon lui.

Rania Aghiles