Deux ambassadeurs multiplient les apparitions en public ces derniers temps en Algérie.

Récemment nommés, ils ont fait preuve d’ingéniosité dans leur quête d’ouverture envers la société algérienne en dehors des circuits traditionnels de la diplomatie. Il s’agit bien sûr de l’Ambassadeur des États-Unis John P. Desrocher et celui de Grande-Bretagne Barry Robert Lowen.

Le premier s’est distingué par plusieurs apparitions publiques ainsi que des messages adressés directement au peuple algérien lors de rendez-vous importants. Le second est pus communicatif puisqu’il maîtrise bien la langue arabe. Celui auquel on va s’intéresser aujourd’hui est l’ambassadeur de Grande-Bretagne. Lors de sa dernière apparition, il s’est fait cuisinier le temps d’une recette sur l’un des plateaux de la chaîne de télévision Samira TV.

Advertisement

« J’ai eu l’occasion de visiter quelques régions de l’Algérie. Je me suis rendu à Mostaganem, à Oran et j’ai également visité Alger. J’ai eu le plaisir de déguster des plats succulents comme le couscous, la Chorba et j’ai également mangé des Bourak. Les plats algériens sont très bons », a-t-il dit.

Le diplomate a également saisi l’occasion pour faire un peu de politique de façon très subtile. « L’Algérie est un grand pays et il jouie d’un tissue culturel varié et riche. C’est l’histoire de l’Algérie qui a fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui. C’est la même chose en Grande-Bretagne. Cette variété culturelle est une richesse qui suscite l’innovation », a-t-il avancé.

Compte tenu de la nature du programme télévisé, M. Lowen a parlé de plats algériens. D’ailleurs, il a demandé qu’on lui apprenne à faire de la Chorba et des Bourek. Il a, bien sûr participé à la préparation de ce plat. Avec élégance et la grâce étaient au rendez-vous.

C’est là une autre façon de faire de la diplomatie. La cible n’est plus les élites politiques, mais la société. On peut donc déduire que la Grande-Bretagne déploie son Sot Power, autrement dit, elle fait usage de son pouvoir de séduction afin de susciter la sympathie de la société algérienne. Objectif atteint.