Un bureau d’étude a obtenu des projets pour la réalisation de 36.000 logements durant les neuf dernières années. C’est le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la ville, Abdelwahid Temmar, qui l’a affirmé aujourd’hui, lors d’une intervention faite à l’occasion d’une journée d’études organisée au Palais de la Culture Moufidi Zakaria, à Alger, sous le thème “Œuvres de Fernand Pouillon en Algérie, identité architecturale”. Le ministre a affirmé que ces monopoles ont été découverts “dans le cadre l’élaboration d’un fichier national des bureaux d’études” où il a été constaté “l’existence d’une domination de certains bureaux d’études sur un grand nombre de projets urbanistiques notamment ceux de l’habitat”. C’est là que Temmar a évoqué ce bureau d’étude, dont il a tu le nom, qui a décroché des projets pour la construction de 36 000 logements durant les neuf dernières années. Pour y remédier, le ministre a indiqué que son département procédera désormais “à la définition de quotas annuels pour chaque bureau d’étude afin d’éviter toute sorte de pression encouragée par le nombre élevé des projets lequel impacte souvent sur la qualité du travail”. A cet effet, il s’est engagé à “œuvrer avec transparence” pour assurer “l’égalité des chances” pour ce qui est de “répartition des projets”. Temmar pourra-t-il tenir cet engagement d’autant plus que ce secteur, très lucratif, attire toutes les convoitises ? L’avenir nous le dira.

Elyas Nour