Crowd of people walking. People are going to the light.

Le taux de natalité en Algérie est parmi les plus élevés au monde. Il est passé, selon une étude présentée hier par le ministère de la Santé, de 19,36 pour mille habitants en 2000 à 25,40 en 2017, quatrième année de suite durant laquelle le pays a connu un nombre total de naissances de plus d’un million. « L’Algérie est entrée, depuis plus d’une décennie, dans une dynamique démographique marquée par une augmentation soutenue de la natalité », indique ce document qui ajoute que « la fécondité a également enregistré une augmentation entre 2000 et 2017, passant de 2,40 enfants à 3,1 enfants par femme ». Le département de la santé prévoit même que ce taux de fécondité puisse atteindre dans les années à venir 3,5 enfants par femme. Ce qui porterait le nombre de la population algérienne à 72,4 millions d’habitants en 2050 contre 42 millions actuellement. Et la problématique résiderait dans le fait, ajoute-t-on de même source, que le nombre de personnes à charge (moins de 20 ans et plus de 60 ans) serait plus important par rapport à celui des personnes en âge d’activité. Ce qui serait un problème sur le plan socio-économique d’autant plus que l’Algérie enregistre depuis quelques années déjà une diminution de ses ressources financières fait noter le ministère de la Santé. Pour le département de Mokhtar Hazbellaoui, l’objectif est d’arriver à un taux de fécondité de 2,1 enfants par femme. Le planning familial est de rigueur. Le ministère n’a pas pour l’instant donné d’indications sur la stratégie à suivre.

Elyas Nour

Explosion démographique / Le taux de natalité en Algérie parmi les plus élevés au monde
Notez cet article