Les chauffeurs relevant de l'administration publique devront faire désormais très attention sur la route. Ainsi, celui qui se verra retirer son permis de conduire suite à une infraction ne percevra pas de salaire durant toute la période du retrait.

La Direction générale de la fonction publique (DGFP) a adressé récemment une note aux différentes inspections au niveau des wilayas leur rappelant que la règlementation est intransigeante à ce sujet. Un chauffeur "sanctionné" par la police ou la gendarmerie devrait l'être également au niveau de l'entité qui l'emploie.

Advertisement

La DGFP a signalé, à cet effet, que l'auteur d'une infraction routière passera devant une commission paritaire (représentant de l'administration et du syndicat) qui se réunit en Conseil de discipline. Il pourrait donc faire face à des sanctions, si jamais l'infraction commise est assez "graves".

Dans le cas d'un retrait définitif de permis, le chauffeur en question sera tout simplement licencié, indique la Direction de la fonction publique. En général, les retraits les plus fréquents sont d'une durée qui varie entre un et trois mois. Les chauffeurs relevant de la fonction publique sont donc avertis.

Elyas Nour