Après que la France officielle ait reconnu, de façon tout à fait subtile, l’usage de la torture et des assassinats durant la guerre d’Algérien, en reconnaissant l’enlèvement et le meurtre du militant de la cause national, Maurice Audin, Emmanuel Macron, se tourne vers les Harkis.

« Aux harkis, la patrie reconnaissante ». Il s’agit de l’intitulé du rapport présenté aux autorités françaises en juin et dans lequel sont présentées plusieurs propositions visant à réhabiliter des milliers de harkis abandonnés par la France au sortir de la guerre d’Algérie.

Advertisement

Ce rapport a inspiré des mesures concrètes. Ainsi, l’État français va accorder des avantages aux enfants des combattants harkis de deuxième génération qui vivent en grande précarité. Cela se traduit par le déblocage d’une enveloppe de 40 millions d’euros sur quatre ans et dont bénéficiera cette frange.

80 000 à 100 000 personnes sont concernées par ce dispositif, rapporte le quotidien français Le Monde mardi. Les harkis de première génération. Bénéficieront d’une majoration de 400 euros, de leur allocation. Là aussi, la mesure concerne quelque 10 000 personnes.